Justice/ONEP : Total Gabon et TESIGA Gabon sommés de donner suite aux autorisations de cession de salaire…

vendredi 25 août 2017 Economie


Fin du contentieux entre l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) et les deux opérateurs pétroliers Total Gabon et TESIGA Gabon. Le Tribunal de première instance de Port-Gentil via le Greffe civil a rendu deux ordonnances le 11 août dernier dans lesquelles il est clairement notifié aux deux entreprises citées ci-dessus de recommencer à prélever à la source les cotisations de leurs employés, (Ndlr : 30 à TESIGA Gabon et 20 à Total Gabon) syndiqués de l’ONEP sous peine de s’acquitter d’une astreinte de 30 000 Fcfa par jour et pour l’ensemble de son personnel.

Bonne nouvelle pour l’Organisation nationale des employés du pétrole, (ONEP) ! Et pour cause, la justice vient de vider, en faveur de l’ONEP, le contentieux l’opposant à Total Gabon et TESIGA, deux opérateurs économiques évoluant dans le secteur pétrolier gabonais. Pour rappel en 2015, au sortir d’une grève longue de trois mois, l’Union Pétrolière Gabonaise, l’UPEGA, avait demandé aux opérateurs pétroliers locaux de stopper les prélèvements à la source des syndiqués de l’ONEP. Des prélèvements que les entreprises pétrolières reversaient au syndicat des pétroliers. Conséquence : la trésorerie de l’ONEP a connu des perturbations, car les syndiqués, du moins un grand nombre d’entre eux, de l’ONEP ne s’acquittaient plus de leur cotisation mensuelle. Première entreprise à appliquer cette décision, Total Gabon en janvier 2015, suivi de Shell deux mois plus tard et par d’autres entreprises pétrolières.

Le verdict ?

Face à ce préjudice, l’ONEP s’est tournée vers la justice. D’où les deux ordonnances rendues par le Greffe civil du tribunal de première instance de Port-Gentil, le 11 août dernier. Tout en autorisant l’une des parties à se pourvoir, le tribunal a estimé que le refus de TESIGA Gabon de tenir compte des 35 autorisations de cession d’une partie des salaires de ses employés constitue une entrave. Du coup, la justice ordonne à TESIGA Gabon de revoir sa copie et respecter la volonté de ses syndiqués de l’ONEP. Le cas contraire, TESIGA devra payer une astreinte de 30 000 Fcfa par jour de retard pour l’ensemble de son personnel. Même décision prise à l’encontre de Total Gabon qui avait également refusé de tenir compte de 20 autorisations de cession de salaires. De quoi redonner le sourire au bureau de l’ONEP en ce temps de crise pétrolière et socio-économique.


YFI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs