Journée mondiale des télécommunications : Le long chemin de l’entreprenariat au Gabon

mercredi 18 mai 2016 Economie


Si le Gabon dépasse à ce jour largement les espérances, en matière de développement du secteur du numérique, on ne peut pour autant garantir que l’entreprenariat dans ce domaine suit la tendance voulue. A l’occasion de la journée mondiale des télécommunications célébrée hier, mardi 17 mai à travers le monde, la rédaction de Gaboneco revient sur l’évolution du domaine au Gabon.

S’il est une réalité non contestable que « le développement d’activités tertiaires à fort contenu technologique et de savoir constitue une réserve de croissance pour le Gabon dans les domaines du tourisme, de l’intermédiation financière (banques et assurances), des technologies de l’information et de la communication (TIC), de la logistique (dessertes portuaires et aéroportuaires sous-régionales) transports, de l’Education et de la Santé) », on ne peut pas dire que ces activités, en partie les TIC, suivent totalement une pente ascendante.

En 2014, les TIC contribuent à hauteur de 5% au PIB de l’Etat et figurent au centre des priorités des politiques publiques. Depuis trois ans par exemple, grâce à cette approche de développement souhaité du secteur, des progrès dans l’accès au haut débit, à la bancarisation mobile, la fibre optique, à la géolocalisation spatiale (AGEOS), aux offres de services dans la branche téléphonie mobile ont été enregistrés. Mais ces avancées n’ont pas pour autant permis d’accélérer l’investissement dans le secteur.

La journée mondiale des télécommunications célébrée hier, mardi 17 mai à travers le monde, journée axée sur le thème « l’entreprenariat dans le secteur des TIC au service du progrès social » invite aujourd’hui à scruter ce qu’il en est réellement de l’entreprenariat dans le domaine des Télécommunications au Gabon.

L’entreprenariat dans les TIC au Gabon

L’entreprenariat a encore du chemin à faire au Gabon. Selon les responsables de Junior Achievement Gabon, l’incubateur d’entreprises national, sur une moyenne de dix projets, seul un s’articule autour des TIC. Actuellement, l’incubateur national évalue à 5%, le taux de représentation des projets dédiés au TIC. Dans le cadre de Start-Up week-end, sur vingt-cinq projets enregistrés, trois sont orientés vers les TIC. « Ce sont des projets qui sont découverts dans le cadre des concours », souligne Inès Romilda Mboute, responsable du Programme Start Up à JA Gabon. Selon cette dernière cette faible représentativité s’explique par certains aspects culturels, sociaux et technologiques. L’environnement, le tourisme, la santé, le commerce et l’éducation sont les secteurs touchés par les innovations apportées dans les TIC.

« Les projets dans le domaine du numérique sont difficiles à accompagner. D’un côté, l’aspect culturel et social ne sont pas adaptés à la réalité gabonaise. Les autres (les pays développés) sont déjà avancés dans le domaine du numérique et nous lorsqu’on vient, il y a toute une bataille de visibilité à mener pour faire valoir notre solution ou application. De l’autre côté, il y a l’aspect technique. Technologiquement, les moyens manquent pour faire fonctionner sa solution ou son application », ajoute Inès Romilda Mboute.

Facteurs freins

Les jeunes gabonais ont du potentiel. Leurs idées ne diffèrent pas souvent de celles des jeunes français ou encore américains. Mais ils sont selon Farid Arab, organisateur des Start Up Week-end à travers le monde, invité du Start-Up week-end organisé récemment par JA Gabon, confrontés au manque de moyens et de soutien qui handicapent de nombreux entrepreneurs locaux. « Lorsqu’on veut déployer un projet, il y a des freins » reconnait Inès Romilda Mboute.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs