Journée Mondiale contre l’hépatite

vendredi 29 juillet 2016 Santé


Le Gabon à l’instar de la communauté internationale a célébré hier 28 Juillet la Journée Mondiale contre l’hépatite. Cette journée décrétée par l’Organisation Mondiale de la Santé, est destinée à faire connaitre les différentes formes d’hépatite B, C et A.

Parfois méconnues du grand public, les Hépatites sont des maladies qui font des ravages à travers le monde. Ces dernières ne sont souvent ni diagnostiquées ni traitées. Le but de cette journée mondiale étant donc d’informer le grand public et fournir des actions qui permettront de savoir comment reconnaitre les hépatites, leurs modes de transmission, les facteurs d’exposition et les différentes méthodes de prévention et de traitement.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, plus d’un milliard de personnes sont infectées par une hépatite B ou C. En effet, la journée contre l’hépatite vient à point nommé rappeler l’ampleur du fléau, car les risques hépatiques représentent un risque majeur pour la santé dans le monde avec près de 1,4 million de décès enregistrés chaque année et des centaines de millions de personnes touchées par cette affection chronique.

Toujours selon l’OMS, chaque année l’Hépatite A enregistre 1,4 million de cas. Pour l’Hépatite B, on comptabilise 250 millions de personnes infectées. Tandis que 150 millions de personnes sont porteuses de l’Hépatite C.

Suite à ces résultats alarmants, l’OMS a décidé de s’imprégner de la question afin de réduire au maximum le nombre de personnes infectées à travers le monde. Il s’agit en effet environ 400 millions de personnes qui sont infectées par les virus de l’hépatite B ou C, soit 10 fois plus que le nombre de celles qui vivent avec le VIH. On estime que 1,45 million en sont mortes en 2013, contre moins d’un million en 1990.

Au Gabon, d’après le Pr. JB Moussavou Kombila, spécialiste des maladies virales, l’hépatite B dispose d’un vaccin et l’hépatite C de médicaments antiviraux qui permettent de guérir 90 % des cas. Ce dernier lance un appel à la population afin de se faire dépister dans le but de prendre en charge ces pathologies qui s’attaquent principalement au foie des personnes infectées et qui faute de soins appropriées peut déboucher sur une cirrhose ou un cancer du foie.

Il serait important de retenir que les virus de l’hépatite B et C se transmettent par le sang contaminé, de même que par les aiguilles et les seringues contaminées dans les structures de soins et chez les personnes qui s’injectent des drogues. La transmission peut également se produire de la mère au nouveau-né.


MI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs