Journée de l’Enseignant : Ali Bongo Ondimba reconnaît les problèmes de l’école gabonaise

jeudi 24 mars 2016 Société & environnement


Célébrée mercredi 23 mars 2016 dans les locaux de l’Ecole Normale de l’Enseignement Technique (ENSET) à Libreville sous le thème « l’Enseignant comme acteur principal pour un système éducatif de qualité », la 24e édition de la fête nationale de l’enseignant a été rehaussée par la présence du chef de l’état Ali Bongo Ondimba qui a reconnu que l’école gabonaise est malade.

Ali Bongo Ondimba qui a pris part à la célébration de la 24e édition de la fête nationale de l’enseignant mercredi 23 mars 2016 dans les locaux de l’ENSET à Libreville a confirmé ce que personne ne peut nier, en l’occurrence que l’école gabonaise est « malade ». Depuis plusieurs décennies, depuis les états généraux de l’éducation en 1983, malgré les efforts importants consentis par l’Etat, en termes d’investissement et de dialogue social, l’école gabonaise n’a pas connu une seule année scolaire sans interruption.

Pour le chef de l’Etat, le constat dressé démontre que les années scolaires se suivent et se ressemblent ; les grèves se succèdent avec le même résultat : la baisse du niveau général de l’Enseignement , un fort taux d’échec scolaire, plus grave, la crise de confiance est à tous les niveaux. Le président de la République a donc invité toute la communauté enseignante, tous les partenaires à trouver ensemble des solutions pour l’avènement d’une école au service du développement.

Cette école qu’il appelle de tous ses vœux doit offrir à tous les enfants du Gabon, quel que soit leur origine sociale, ethnique ou religieuse, les mêmes chances de réussite. En dernier ressort, tout en encourageant fortement les enseignants à se mobiliser pour cette nouvelle école, Ali Bongo Ondimba a proposé une nouvelle donne, celle qui consiste à changer l’école gabonaise pour en faire le lieu où les enfants acquièrent la capacité d’accomplir leurs rêves. C’est-à-dire une école véritablement laïque et républicaine.

‘’Une école qui n’a ni affiliation politique, ni coloration syndicale, encore moins d’appartenance provinciale’’ selon le Chef de l’Etat. L’occasion propice pour relever les enjeux d’une éducation de qualité, qualité de la formation et rendement des enseignants et l’opportunité pour ces derniers de s’interroger sur leur rôle dans l’éducation des enfants confiés à leur charge et une prise de conscience nécessaire des uns et des autres quant à leur implication dans la réussite de cette noble mission afin que ‘’l’école gabonaise devienne l’ascenseur que chaque Gabonais peut emprunter pour se réaliser’’.

‘’L’école gabonaise pour qu’elle produise cette élite de qualité dont notre pays a besoin pour son développement et pour soutenir la concurrence internationale. C’est le lieu pour les acteurs du secteur d’engager des discussions autour des difficultés rencontrées dans l’exercice de leur profession et d’en proposer les pistes de solutions’’, a déclaré Ali Bongo Ondimba.

Rappelons que la Journée Nationale de l’enseignant a été instituée pour marquer la reconnaissance du rôle des enseignants dans le développement de la Nation. Signalons également le coup de pouce donné aux secteurs de l’Education et de la Santé avec la signature mardi 22 mars 2016 de deux conventions entre l’Etat Gabonais et l’Agence Française de Développement pour un montant total de 204 millions d’euros, soit environ 134 milliards de Fcfa qui seront reversés à hauteur de 101 milliards de FCFA pour le domaine de l’Enseignement et 33 milliards pour la Santé.


PIN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs