Investissement : Six ans après, la ZES de Nkok peine à convaincre

mardi 21 mars 2017 Economie


Malgré les facilités d’implantation offertes par les promoteurs du projet, la Zone économique spéciale de Nkok (ZES) sise à 27 kilomètres de Libreville peine à attirer des nouveaux investissements. En dépit de sa promotion faite durant la 5e édition du Forum international Afrique Développement (FIAD 2017), organisée au Maroc par le groupe Attijariwafa Bank, les différentes interventions ont démontré que le pari n’est pas encore gagné.

Projet d’envergure multisectoriel censé faire amorcer au Gabon la diversification de son économie, la Zone économique de Nkok (ZES), six ans après peine encore à attirer de nouveaux investisseurs. Sur les 1126 ha de terrains aménagés dans le cadre d’un partenariat public-privé entre l’Etat Gabonais et le groupe singapourien Olam, seul 100 entreprises sur les 800 entreprises attendues sont présentes et développent actuellement des activités dans des secteurs variés tels la transformation du bois, la métallurgie, le recyclage, le génie civil, la construction, les cosmétiques, la pharmacie, les hydrocarbures, etc…

Malgré le cadre incitatif existant, on ne peut pas dire que Nkok convainc totalement. Les administrateurs de la zone ne cessent d’établir des connexions relatives à la promotion de la plateforme. Récemment, cela a encore été le cas avec la 5e édition du Forum international Afrique Développement (FIAD 2017) organisée au Maroc par le groupe Attijariwafa Bank. Là-bas les autorités administratives de Nkok se sont longuement étendues sur les avantages économiques proposés par la ZES de Nkok.

Avantages concurrentiels

La ZES de Nkok a été créée dans l’optique d’accélérer l’industrialisation et la diversification économique du Gabon. Pour atteindre ce pari, attirer des nouveaux investisseurs s’avère être indispensable, surtout que la zone offre un cadre incitatif basé sur des exonérations des taxes durant les dix premières années, la possibilité de rapatriement des fonds, des frais douaniers lors de l’importation des biens nécessaires à la production au taux nul ou presque, de l’électricité à tarif préférentiel et partant, l’existence d’un guichet unique pour faciliter les opérations administratives pour l’implantation d’une entreprise.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs