Institut de cancérologie d\’Angondjé : Des patients mis à la porte

samedi 8 février 2014 Société & environnement


Plus d\’une dizaine de patients en phase terminale et hospitalisés à l\’institut de cancérologie d\’Angondjé auraient été mis à la porte de l’établissement sanitaire dans l’après-midi du vendredi 7 février, par le personnel médical. Cette décision qui aurait été prise par le docteur Koumambayi, et exécutée par le personnel soignant, serait motivée par le fait que les jours de ces patients étaient désormais comptés.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Sur la base d’un témoignage anonyme, la
rédaction de Gaboneco a appris que 18 malades atteints de cancers en phase
terminale auraient été mis à la porte de l\’Institut de cancérologie d\’Angondjé,
par le personnel soignant.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">D\’après cette source, la décision d’éviction
des patients aurait été prise par un certain Dr Koumambayi, adjoint au médecin
spécialiste, au motif que leur état de santé ne suscitait plus d\’espoir malgré
les soins dont ils bénéficiaient régulièrement.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Parmi les victimes de cette expulsion, figure
madame Bingouma Jeanne, atteinte d\’une double tumeur à la tête, transférée il y
a juste deux semaines du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville (CHUL) sur
ordre du docteur Kouna.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Cette patiente aurait, depuis son transfert à
l’Institut de cancérologie, retrouvé certaines de ses facultés motrices et
physiques. Une amélioration qui, pour la famille de cette dernière, augurait
des lendemains meilleurs, d’où leur étonnement face à son éviction de la structure sanitaire.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Dans un autre registre, un certain patient se
nommant Effa, aurait été opéré par erreur d\’une tumeur alors qu’il souffrait
d\’un simple goitre.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Toujours selon la même source, l\’Institut de
cancérologie ne disposerait que de 18 lits. Serait-ce le principal mobile de
ces expulsions ?

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Qu’adviendra-t-il de ces patients désormais livrés
à leur sort ? En prévision de ce genre de cas, n’aurait-il pas été
opportun de créer une unité de soins palliatifs  pour les malades en phase terminale ? Ce
genre de structures hospitalières consacrées exclusivement  à l’accompagnement des patients en fin de vie,
et permettant de soulager leurs douleurs et de leur assurer un suivi
psychologique, existe pourtant dans de nombreux pays dotés d’établissements de
lutte contre le cancer.

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

14.0pt;line-height:115%;font-family:Cambria;mso-ascii-theme-font:major-latin;
mso-hansi-theme-font:major-latin\">Inauguré le 4 février dernier par le Chef de
l\’Etat Ali Bongo Ondimba, l’Institut de cancérologie est présenté comme un pôle
de référence en matière de diagnostic, de prise en charge du cancer et des
personnes atteintes par cette maladie. 


ASMP

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs