Infidélité : Quand les femmes s’y mettent !

mercredi 9 mars 2016 Société & environnement


C’est devenu presque banal d’entendre çà et là des jérémiades d’hommes cocufiés. Le temps d’une nuit ou de plusieurs, les femmes infidèles oublient leur statut d’épouse ou de concubine. L’infidélité n’est plus l’apanage des hommes, désormais, les femmes également s’y adonnent.

Longtemps réservée aux hommes, l’infidélité est en passe de gagner également la gent féminine et pour justifier une telle « déviance », il n’est pas rare d’entendre dire ces dernières : " tout peut arriver". Tout comme l’homme la constitution hormonale et physique des femmes peut pousser certaines d’entre elles à céder à la tentation et du coup répondre favorablement aux avances quotidiennes des, pour la plupart du temps, nombreux « dragueurs ». Mais qu’est-ce qui peut bien amener une femme à franchir le rubicond ?

Les raisons de l’infidélité féminine ?

Il est clair que les motifs évoqués varient en fonction des femmes adeptes de l’infidélité. Toutefois, le manque d’attention du conjoint constitue dans bien des cas un déclic. En effet, de nombreuses femmes, surtout lorsqu’elles sont légalement mariées sont au fil du temps délaissées par leur moitié. Une situation, selon leurs dires, qui les amènent à rechercher l’affection auprès d’un autre homme plus disponible. Beaucoup d’entre elles veulent simplement se sentir aimer, respecter voire choyer.

A cela s’ajoute, l’appétit sexuel des femmes prononcé entre 30 et 45 ans. Durant cette période, plusieurs femmes recherchent des sensations fortes et lorsqu’elles ne sont pas satisfaites elles recourent à des relations extra-conjugales pour combler le vide. Une forte envie sexuelle trouvant des explications dans la science. En fait, les femmes, généralement à partir de 28 ans, ont un fort taux d’œstrogènes, (hormones sexuelles femelles), ce qui leur permet de multiplier les relations sexuelles, et ce, avec plusieurs partenaires et sans remords. Au-delà des raisons scientifiques, l’environnement, le contexte social et l’éducation reçue constituent autant de garde-fous poussant les femmes à ne pas commettre « l’impensable ». Dans tous les cas, l’adultère de part et d’autre découle toujours d’un malaise conjugal.


LAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs