Industrialisation : Transformation du bois, une réalité grandissante !

mardi 16 janvier 2018 Economie


Créée dans le but de participer à l’industrialisation du Gabon par la participation de la filière bois, la zone économique spéciale à régime privilégié (ZES) de Nkok produit peu à peu des résultats. En atteste la transformation du bois national sur les lieux. Idem pour la scierie et menuiserie qui prennent forme.

La diversification de l’économie nationale comme souhaitée par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, depuis 2009 est en marche ! La transformation du bois local participe de cette diversification. Sur le site de la zone économique spéciale à régime privilégié de Nkok née d’un partenariat publique privé (PPP) entre l’Etat gabonais et le groupe agro-industriel singapourien Olam, des usines de transformation de bois comme Afeefa Overseas, Woodville furniture Gabon, Wood Tech ou encore Gabon Wood Cleans et Gabon Wood Brightness, spécialisées dans la transformation du bois, offrent à cette essence locale, une nouvelle valeur marchandage, (Ndlr : impulsée par la fabrication du contre-plaqué pour la construction et fabrication des meubles y compris celle des salons, tables, table-banc, lits, livings de maison et autres meubles de maison).

Une valeur qui tire sa force du Cluster bois qui, depuis sa mise en place, il y a quelques mois, accentue cette transformation avec aujourd’hui un volume d’activité autour de la transformation du bois beaucoup plus important que par le passé. En effet, « le volume d’activité a pris de l’ampleur au sein de la zone. En avril 2017, nous étions à 33 entreprises en production et ce chiffre est aujourd’hui passé à 58 en production contre 20 en construction », reconnaît l’Administrateur général de la ZES de Nkok, Gabriel Ntougou. Cependant, faute de marché capable d’absorber les produits transformés, cette nouvelle valeur en particulier, le bois issu du déroulage et celui destiner au revêtement du sol s’oriente vers le marché international.

La faiblesse du pouvoir d’achat des ménages vis-à-vis de ces produits et les faibles perspectives du marché local contraignent donc les producteurs à se tourner vers le marché international, tout en gardant un œil attentif sur le marché local. « Ce sont des éléments important comme cela qui montrent le dynamisme de la zone et qui montrent que celle-ci a vocation à s’élargir », a ajouté confiant, l’administrateur. Mais en attendant la transformation totale de la ZES de Nkok, le bois local s’offre une nouvelle valeur taillée à la mesure du marché local et international.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs