Hypertension artérielle : Une maladie touchant de plus en plus les jeunes !

mardi 3 mai 2016 Santé


Longtemps perçue comme une maladie de personnes âgées, l’hypertension artérielle, HTA, touche désormais toutes les tranches d’âges et couches sociales. Plus personne n’est à l’abri de cette pathologie ! Plus grave, cette maladie n’épargne pas non plus les femmes enceintes. C’est dire que l’Hypertension artérielle est en passe de devenir un problème de santé publique au Gabon.

Au Gabon, l’une des causes de l’attaque vasculaire cérébrale est l’hypertension artérielle, une maladie résultant d’une augmentation anormale de la quantité de sang dans les artères. Plus grave, elle n’est plus l’apanage des plus âgés comme cela a longtemps été véhiculé dans la conscience collective ! Pour être considérée comme une personne hypertendue, il faut que la tension artérielle dépasse la moyenne oscillant entre 12 et 14.

Les causes ?

Les nouvelles habitudes alimentaires jouent un rôle prépondérant dans la virulence de ladite pathologie. Une alimentation riche en cholestérol, donc pas du tout propice à la bonne santé, d’où, la montée de l’obésité, ces dernières années. A cela s’ajoute la forte consommation d’alcool et le manque d’activités physiques, constituant les principales causes de la montée de la maladie. Toutefois, l’hérédité a également sa part de responsabilité dans le phénomène. « Les déterminants de l’hypertension artérielle au Gabon », est une étude réalisée par Docteur Marie Anne Antchouet en collaboration avec des chercheurs gabonais et d’autres venus de Montréal, démontre que le facteur principal de l’HTA demeurent sans aucun doute le surpoids.

Si l’on s’en tient au résultat de l’étude précitée, au Gabon l’homme et la femme souffrant d’obésité ne sont pas exposés de la même manière que les autre à l’HTA. Les hommes obèses sont plus vulnérables à l’hypertension artérielle selon l’étude. Cette maladie n’évolue pas de la même façon chez la gent féminine.

Les accidents vasculaires cérébraux deviennent légions au Gabon, d’où l’inquiétude persistante. Pour échapper à cette maladie, le changement d’habitudes alimentaires et de l’hygiène de vie sont impératifs. D’ailleurs, le Dr. Marie Anne Antchouey, dans cette étude propose une pratique quotidienne d’une activité physique, car elle diminue de 30 % le risque de l’HTA. Dans le même registre, une alimentation saine et riche en légumes frais diminue le risque d’HTA de 54%.


MI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs