Hypertension artérielle : Une maladie silencieuse et chronique !

mercredi 18 mai 2016 Santé


De plus en plus de personnes souffrent d’hypertension artérielle au Gabon. Une maladie provoquée par de nombreux facteurs dont l’hygiène de vie. Pour comprendre cette pathologie montante, la rédaction de Gaboneco.com s’est rapprochée du Dr ECKE, cardiologue exerçant au centre Hospitalier Universitaire de Libreville (CHUL). Interview.

Gaboneco (GE) : Dr Ecke, qu’est-ce que l’hypertension artérielle ?

Dr ECKE  : L’hypertension artérielle est une élévation de la pression dans les vaisseaux sanguins, c’est la force avec laquelle la pression circule dans les artères. Cette pression est déterminée par deux chiffres, il y a un chiffre que l’on appelle la pression artérielle systolique et la pression artérielle diastolique. Ca ne doit pas dépasser une certaine limite. Lorsqu’une personne est au-delà de cette limite, on dit d’elle qu’elle est hypertendue.

GE : Quelles sont les causes de l’hypertension ?

Dr ECKE  : 9 fois sur 10, on ne connait sait pas les causes de la maladie, c’est pourquoi dans le jargon médical, on parle de dérèglement physiologique. C’est une situation normale qui se dérègle ! Toutefois, il y a des facteurs qui concours à ce dérèglement, notamment la consommation d’aliments trop salés, d’alcool, de gras, la prise de poids, le manque d’activité physique et des facteurs de risque qui vont concourir au développement de la maladie. Il y a également l’hérédité. En effet, il peut arriver que les parents hypertendus transmettent la maladie à leurs enfants ou petits-enfants. A cela s’ajoute l’âge. Plus on prend de l’âge, plus on est prédisposé à devenir hypertendu. Les femmes à partir de la ménopause font de l’hypertension. Les personnes qui prennent de la drogue et autres stupéfiants, la prise de certains médicaments, le stress peuvent aussi provoquer la maladie.

GE : La maladie expose-t-elle les patients à des complications ?

Dr Ecke : Oui il en existe et elles sont au nombre de trois à savoir l’accident vasculaire cérébrale (AVC) dû à une partie du cerveau qui ne reçoit plus le sang. Or vous savez que c’est le cerveau qui commande les mouvements, le patient va être paralysé sur la moitié du corps. La 2ème est le dysfonctionnement au niveau du cœur encore appelée insuffisance cardiaque. Enfin, la 3ème complication attaque les reins. Ceux-ci se bloquent et arrêtent de fonctionner. C’est un danger, car les reins sont le filtre de l’organisme. Quand ils ne fonctionnement plus normalement, les déchets s’accumulent et peuvent devenir toxiques pour l’organisme.On est alors obligé de recourir à la dialyse, une épuration extra-rénale, qui est un procédé très coûteux.

GE : A l’échelle nationale quel est le taux de prévalence de l’hypertension artérielle ?

Dr Ecke : Seules des études peuvent nous édifier sur le sujet, mais si on se projette, je pense qu’un adulte sur trois est hypertendu, soit un pourcentage 30%. C’est un problème de santé publique ! Au niveau du ministère, il existe un programme de lutte contre les maladies non transmissibles dont fait partie l’hypertension artérielle.

GE : En votre qualité de cardiologue, quels conseils prodiguez-vous ?

Dr Ecke : Il faut se faire dépister et être suivi médicalement, surtout en cas de détection de la maladie. Les malades doivent respecter la posologie parce que le traitement de l’hypertension artérielle est à vie. On ne traite pas l’hypertension comme une diarrhée ou un paludisme. Lorsqu’on débute un traitement, si le médecin n’a pas trouvé la cause, il s’agira de prendre des médicaments à vie. C’est pourquoi, le médecin ne doit pas prescrire un traitement à la légère et sans l’avoir au préalable expliqué aux patients. Dans la majorité des cas l’hypertension est asymptomatique (sans symptômes visibles).


Propos recueillis par LAO

Vos commentaires

  • Le 18 mai à 12:59, par Dr Hallab En réponse à : Hypertension artérielle : Une maladie silencieuse et chronique !

    Bonjour Professeur Ecke,
    Dans l’hypertension, la mesure classique laisse 28%d’hypertension blouse blanche, et 17 % d’hypertension masquée (des gens qui ont les complications sans l’hypertension)
    Pour mieux cibler les patients, il existe maintenant un appareil qui mesure la qualité des artères (La Vitesse de l’Onde de Pouls, ou l’âge des artères) : "pOpmètre" vous donne un résultat précis, en moins de temps que de prendre la tension, et qui confirme que les artères sont rigides ou pas. Des artères souples c’est plus de motivation pour prendre le traitement pour ceux qui en ont besoin, et moins d’AVC, de troubles cognitifs, d’insuffisance cardiaque ou rénale.
    C’est la prévention, et l’adaptation des traitements.
    Ce n’est plus une fatalité d’avoir des artères rigides, çà se soigne mieux quand c’est détecté mieux.
    L’âge des artères c’est de la motivation au patient, et la prise en charge de sa maladie.
    https://www.youtube.com/watch?v=4aFnQ_0_bOI
    Bien cordialement

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs