Hommes politiques, cessez de nous distraire !

vendredi 2 octobre 2015 Politique


Le point de presse de Pierre- Claver Maganga Moussavou, Président du Parti social démocrate, membre de l’Union des forces pour l’alternance, UFA, une sortie de trop peut- on dire tant l’homme a pris l’habitude de s’exprimer sur tous les sujets, même ceux qui relèvent du déjà dit à l’exemple de la loi électorale qui a fait l’objet de vives critiques de sa part depuis le magistère d’Omar Bongo Ondimba.

La position défendue il y’a quelques jours au siège de sa formation politique par Pierre- Claver Maganga Moussavou s’apparente à une attitude visant à mobiliser ceux de son camp pour susciter sans doute chez eux une réaction à la mesure de ses attentes, alors que le ministre de l’intérieur Pacôme Moubelet convie tous les partis politiques à une importante concertation sur la révision annuelle de la liste électorale, une liste électorale dont la violation est dénoncée par l’homme politique gabonais. Est- ce la première fois qu’il fasse une sortie aussi fracassante devrait- on se demander puisque l’on connait P.C un habitué des faits, surtout lorsqu’approchent des échéances électorales ?

Ce qui se produit dans son cas ici à Libreville, se produit également dans la ville dont il est l’édile Mouila dans le sud du pays où il a coutume de défrayer la chronique par ses frasques.

Lui qui aujourd’hui pose à Pacôme Moubelet la question de savoir pourquoi depuis 2014, n’a-t-on pas procédé à la révision de la liste électorale conformément à la loi, où était-t-il depuis, bien qu’à sa décharge, il était peut- on dire incompris comme d’ailleurs les Pierre Mamboudou et autres qui militaient en faveur de l’instauration d’un fichier biométrique pour notamment lutter contre ce que l’on redoute le plus, la tricherie lors des élections ? « A lutta continua » comme diraient les lusophones !

 Mais, pourquoi faire ?

Si l’on sait les hommes d’en face gagnés par un certain immobilisme que la complicité de quelques membres de l’opposition endurcit ?

Ce que l’on retient, c’est que le Président du PSD veut à nouveau aller en guerre contre des pratiques comme les inscriptions frauduleuses opérées par certains pédégistes à domicile à l’aide des kits mis à leur disposition, pourvu qu’en cours de route, Pierre- Claver Maganga Moussavou qui nous a habitué à des voltes- faces ne reviennent plus en arrière au point de reconsidérer ce qu’il avance aujourd’hui peut- être pas officiellement, mais en posant des actes sournois.

Ne fait- il pas partie, pour la petite histoire, de ses opposants qui ne voient par exemple pas l’intérêt d’une candidature unique au moment où d’autres la réclament avec insistance ?

Nous en voulons pour preuve, alors qu’Eyegué Ndong et bien d’autres du Front de l’opposition pour l’alternance soutiennent à travers le Gabon la candidature à la candidature de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping, lui, caresse en sourdine pour l’instant le rêve de se présenter à la présidentielle de 2016 non sans réaliser le handicap qu’il crée à l’occasion à un groupe qui, aux dires du plus grand nombre, tient coûte que coûte à faire tomber la « vieille dynastie ».

 Une attitude suscitant moult interrogations

Pierre- Claver Maganga Moussavou ne va-t-il pas, se demande-t-on, jouer à nouveau comme il a su le faire déjà dans le passé le rôle du goujon qui vient salir l’eau et la rendre trouble au moment où l’on en a besoin pour s’abreuver, rappelez- vous cette anecdote bien de chez nous. Pourquoi Albertine, l’opposante, la vraie, ne le dissuade-t-elle pas de retourner à ses vieilles amours avant que la famille ne baigne à nouveau dans la honte ?

 Est- ce seulement aujourd’hui que le « bouvier de Moutassou » s’est rendu compte que la démocratie doit être un besoin naturel comme respirer l’air pur ? Sinon, comment expliquer qu’il ait souvent opté pour des positions à la limite incompréhensibles ?

Et quand il parle de la survie de tous, ne pense-t-il pas à la sienne propre et bien entendu à celle de sa chère épouse et leur progéniture ?

Par la faute de qui, si çà lui plait de nous répondre, la démocratie est de plus en plus galvaudée dans notre pays, assujettie qu’elle est à l’argent, la ruse et à la duperie, si l’on est comme plusieurs gabonais, peut- être les plus nombreux, convaincus de ce qu’il y’a des « diables » et dans la majorité, PDG en tête, et dans l’opposition dont se réclame le président du PSD ?

En fait, l’on n’a qu’envie de se demander pour qui roule réellement l’actuel Maire de Mouila tant on a du mal à le situer. Histoire de lui demander de se déterminer une fois pour toutes pour éviter au peuple de subir longtemps encore ses turpitudes, c’en est trop ! Et ce qui vaut pour lui doit valoir pour tous les pseudo- opposants. On veut désormais voir clair aller jusqu’à la face cachée de l’iceberg.


JGN.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs