Hip-hop : Styll Awax, de la lumière à l’ombre !

jeudi 23 juin 2016 Culture & people


C’est à Port-Gentil, dans sa ville natale que Styll Awax, vainqueur du Ndoss Urban Hit Show en 2013 et porté disparu depuis lors, se cache. Notre envoyé spécial dans la capitale économique l’a déniché lors du récent spectacle offert à l’occasion de la « Semaine de la musique »dans la cité pétrolière du Gabon.

Toujours hardcore, malgré la période de léthargie ! Styll Awax, artiste hip-hop au talent irréprochable n’a pas perdu sa verve et fougue de rappeur. Son passage sur scène samedi 18 juin dernier, à Port-Gentil lors du premier concert dédié à la « Semaine de la musique » n’a laissé personne indifférent.

Texte évocateur à la mesure de la rue, beat « de malade », le rappeur envoie un message fort en direction des producteurs : il existe bel et bien et continue de faire de la musique. Aujourd’hui, c’est à Port-Gentil dans la capitale économique que l’artiste réside. Un éloignement de la capitale Libreville, lieu à priori du show-business qui s’explique par des priorités personnelles. En effet, l’artiste a dû opérer des choix difficiles. « Styll Awax a toujours su faire la part des choses entre vie artistique et personnelle. Lorsqu’il y a un peu de sel chez Styll Awax, Cédric Bivigou Bivigou(Ndlr : sa véritable identité) fait surface et s’occupe un peu de lui et de sa famille  », confie l’artiste. Durant l’entretien accordé, StyllAwax ne manque pas de demander à ses fans de garder leur mal en patience. « Il y a des choses qui se préparent », assure-t-il.

De la lumière à l’ombre

« Je n’appartiens pas à une structure en tant que tel  ». La disparition de l’artiste n’est pas anodine. L’artiste tient à sa liberté. De plus, il n’est affilié à aucune maison de production à Libreville. Mais la véritable raison de ce repli réside dans le fait que la musique ne nourrit pas son Homme au Gabon. Du coup, il a dû opérer un choix, bien que cornélien ! Ainsi, il s’est dégoté un emploi à Port-Gentil. Il va de soi que sa carrière prend un coup, mais Styll Awax l’assume. « J’ai pas trouvé à Libreville un emploi qui pouvait me permettre de payer ma maison. J’ai essayé d’en chercher Libreville à maintes reprises mais en vain  », fait remarquer l’artiste.

L’expérience de Ndoss ?

Si les évènements comme le Ndoss Urban Hit Show qui avait permis en 2013 de dévoiler l’artiste au public devaient sonner le déclic, l’artiste en garde néanmoins un triste souvenir. « Aucun contrat où mes intérêts étaient assurés ne m’a été proposé. Au Gabon, les gros label qui existent proposent aux artistes des contrats d’esclaves », explique l’artiste. Il compte bien faire valoir sa musique même si c’est difficile. Et plus de dix ans après malgré les turpitudes, l’artiste espère y parvenir un jour.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs