Gouvernance : Planification en panne…

lundi 7 août 2017 Politique


Les décisions prises par certaines autorités ressemblent au fil des jours à de l’improvisation, alors qu’il existe partout ailleurs et même chez nous, des politiques pour gérer les différents secteurs d’activité de la cité. Comment admettre, malgré tout, qu’il y ait toujours tant d’égarements ou de maladresses qui donnent l’impression que l’on tourne autour du pot ?

Depuis 2009, plusieurs initiatives ont été prises par le gouvernement, soit pour rendre la vie facile aux Gabonais, soit pour leur fournir de l’emploi, en les autonomisant quelquefois, soit pour mieux les scolariser…, mais très rarement nous avons vu les autorités tenir un débat au cours duquel elles rendent compte, comme cela se fait sous d’autres cieux, des résultats de ces manœuvres pourtant salutaires dans un pays plus que jamais en proie à la crise. Est-ce à dire qu’elles le font à des fins strictement politiques consistant à présenter à l’opinion une image reluisante d’elles ? Le monde actuel ne s’accommode pas d’improvisations sans discontinuer, c’est pourquoi il est érigé dans tous les Etats un ministère de la planification chargé de donner le ton de ce qui devrait être une organisation scientifique de la gestion des ressources tant humaines que financières et matérielles.

Ne pas le comprendre serait comme retourner à l’âge de la pierre et donc prendre sérieusement du retard sur le chemin conduisant au développement, dire qu’aujourd’hui, la tendance est à la quête de la croissance qui ne viendra que lorsque les hommes seront étroitement impliqués dans le processus de transformation de la société. Un pays où la majeure partie de la population n’est pas solvable ou ne possède pas le pouvoir d’achat aura du mal à constituer un marché intérieur et par conséquent à faire décoller son économie. Une terre où la jeunesse, plutôt que d’être mise à contribution, alors que c’est sur elle que repose l’avenir, court le risque d’être asphyxiée du fait du vieillissement de la population qui pose un réel problème de productivité. Là où les ressources sont exploitées de façon minimale ou à mauvais escient, les résultats à défaut d’être mitigés, sont très en- deçà des espérances.
Joindre l’acte à la parole

Lorsque des initiatives sont prises, c’est que des études ont été menées au préalable ou que la réalité du terrain, eu égard à la pratique empiriste qui recommande de nous l’adoption de certains comportements, impose la mise en place de méthodes de gestion orthodoxes. Il y a quelques années, les gouvernants évoquaient par exemple l’enrôlement de quelques 3 000 jeunes Gabonais dans le transport en commun après une formation gratuite de conduite, quelques temps après est arrivé dans la foulée de la campagne pour la présidentielle de 2016, le lancement du concept « un jeune, un métier » qui consistait à offrir une formation dans le domaine de leur choix à des jeunes sans emploi qui ambitionnaient, y compris de se mettre à leur propre compte.
Qu’en est-il de tout cela aujourd’hui ?

D’autres initiatives devant lesquelles de nombreux citoyens restent désormais dubitatifs sont prises à grand renfort de publicité parfois, mais tardent ou ne sont pas carrément suivies de faits. Donnant l’impression d’un pilotage à vue. Les éléphants blancs, n’en parlons même pas, mais la question que nous posons est bien celle de savoir si tous les projets irréalisés sont la résultante d’un manque de financement, de détournements de fonds alloués, de maladresse dans la vision ou de négligence. A ce rythme, n’y a-t-il pas lieu de réviser en profondeur sa programmation pour l’adapter au besoin et aux moyens du moment ? Parce qu’il est trop facile d’accuser la conjoncture internationale sans s’attaquer à nos pratiques, c’est-à-dire à notre façon de faire, souvent aux antipodes de celles que l’on promeut à travers la planète de nos jours.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs