Gouvernance : Julien NKOGHE BEKALE, le premier-ministre révolutionnaire ?

lundi 16 septembre 2019 Politique


Depuis 2009 qu’Ali Bongo Ondimba est au pouvoir au Gabon, le gouvernement gabonais a été géré par de nombreux Premiers ministres nommés pour mettre en musique son ambitieux projet de société « l’Avenir en confiance » reposant sur les trois principaux piliers que sont le Gabon vert, le Gabon industriel et le Gabon des services. Tout a commencé avec Paul Biyoghé Mba qui a été suivi par Raymond Ndong Sima, le Professeur Daniel Ona Ondo et Franck-Emmanuel Issoze Ngondet. Toujours pas satisfait visiblement, le chef d’État gabonais s’est résolu cette fois-ci à nommer à la Primature quelqu’un que l’on présente comme l’un de ses plus fidèles collaborateurs, Julien Nkoghe Bekale, que l’opinion dans sa globalité dit armé pour affronter les problèmes auxquels les Gabonais font face au quotidien dans le but de tenter de les résoudre.

Et cela ne semble pas être faux lorsque l’on affirme, tenant compte de ses propres propos, Julien Nkoghe Bekale veut faire bouger les lignes sans délais. C’est ce qui ressort du moins du récent entretien que le Premier ministre gabonais a accordé dernièrement au journal l’Union deux mois après sa prise de fonction Avenue Jean Paul II. Entretien dans lequel il œuvre à la sensibilisation des membres de son équipe à qui il fait remarquer qu’il est plus qu’urgent de rompre avec l’individualisme et l’intérêt personnel pour se lancer dans l’accomplissement de tâches sociales aux allures herculéennes pour certaines, en même temps qu’il dévoile au grand public ses intentions pour le Gabon et sa ferme détermination à convaincre ses compatriotes dont il connaît les attentes, démontrant qu’il est plus que jamais au fait des maux qui les assaillent et qu’ ils veulent voir, le plus tôt serait le mieux, le gouvernement éradiquer.

En effet, lorsque le nouveau locataire du « 2 Décembre » affirme : « ce que nos compatriotes nous demandent (jeunes comme moins jeunes) au quotidien par divers canaux, c’est de pouvoir se soigner quand ils sont malades, c’est de faire scolariser leurs enfants dans des conditions décentes, c’est de pouvoir manger à leur faim, de vivre dans un environnement sécurisé, c’est d’avoir tous, accès à l’eau et à l’électricité, de circuler sur routes praticables en ville ou en campagne, d’avoir accès à un emploi ou être placé en situation de s’en créer un », il démontre à suffisance qu’il comprend qu’est-ce qui peut faire rougir ses compatriotes pour qu’ils aillent jusqu’à ne plus prêter une oreille attentive au gouvernement dont ils attendent et espèrent mieux, pourvu qu’il se mette concrètement au travail et mobilise les moyens mis à sa disposition dans la réalisation de tâches sociales et humanitaires plutôt que de se livrer régulièrement à ce que feu Omar Bongo Ondimba qualifiait de « politique politicienne ».

« Les actes et les résultats plutôt que les textes »

Julien Nkoghe Bekale qui mesure la portée d’un tel argument n’est pas loin de penser que l’heure est à l’action et à la praxis. C’est pourquoi, il martèle : « désormais, ce ne sont plus les textes qui comptent. Ce sont les actes et les résultats ».On peut ainsi dire qu’il a mis le doigt là où il fallait en nommant le mal, même s’il faut reconnaître qu’il y a dans l’action gouvernementale quelques réalisations qui méritent d’être citées en exemple. Nkoghe Bekale est convaincu d’une chose, les autorités gouvernementales doivent travailler à tout mettre en œuvre pour réduire la fracture sociale croissante de jour en jour et susceptible de conduire à des crises dont il est difficile d’imaginer l’épilogue. Son action, il l’inscrit certes dans la continuité puisqu’il est admis que les Hommes passent, mais l’administration demeure, même s’il est de son avis naturel qu’il sera jugé à l’aune de ses états de service, d’où il est impérieux qu’il veille à apporter sa marque à la primature en galvanisant ses troupes afin qu’elles trouvent dans cette attitude un argument motivant « l’exemple vient d’en-haut » a-t- on coutume d’avancer.

Julien Nkoghe Bekale s’engage visiblement sur la voie des réformes structurelles devant changer la vie de ses compatriotes sur le long terme. Les réformes qu’il annonce doivent porter sur les secteurs prioritaires ayant un impact direct et concret sur les populations. Nonobstant les efforts déjà fournis, le chef du gouvernement gabonais qui considère qu’il y a encore beaucoup à faire ainsi que l’affirme le président de la République, Ali Bongo Ondimba, lui- même, veut « accélérer les politiques en matière d’emploi, d’éducation, de santé, de logement, de transport, ainsi que permettre un meilleur accès des citoyens aux produits de consommation courante, à l’eau et à l’électricité ». Concernant particulièrement la santé dont le Premier-ministre gabonais se félicite qu’il soit le secteur dans lequel l’État a le plus investi, il place la bataille pour la disponibilité des médicaments dans les centres de santé au rang des priorités du gouvernement qu’il recommande activement de s’investir davantage dans le logement, son talon d’Achille à ses yeux.

Autant dire qu’avec Julien Nkoghe Bekale s’annonce une ère nouvelle dans la gestion des affaires publiques, de quoi pousser les Gabonais à y croire au bénéfice du doute, eux, qui depuis réclament de leurs autorités gouvernementales qu’elles se mettent réellement à leur service et au service du pays qui mérite mieux au vu de son statut de pays à revenu intermédiaire. Comme le maçon, le Premier-ministre gabonais est au pied du mur, à lui de démontrer de quoi il est capable, il en a les aptitudes intellectuelles et l’expérience requise. Partant de ce constat, il est plausible d’avancer qu’il lui est facile de traduire ses paroles ou/et intentions en actes pour le bien et la satisfaction de la communauté qui le lui revaudra à coup sûr.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs