Génétique : Que savoir sur le test ADN ?

jeudi 21 avril 2016 Santé


Actuellement, évoqué dans la sphère politique gabonaise, le test ADN demeure encore bien incompréhensible pour certaines personnes. Sur le plan médical voire génétique, le test ADN peut se révéler indispensable pour le traitement des maladies héréditaires ou les règlements de conflits autours de la paternité ou encore la parfaite connaissance de l’arbre généalogique.

L’ADN (Acide Désoxyribonucléique, fonctionne comme un véritable programme informatique. Normal, la molécule contient un code particulier et unique à chaque Homme. L’être humain possède près de 50 000 milliards de cellules, dans lesquelles on retrouve l’Acide Désoxyribonucléique, précisément le chromosome (le patrimoine génétique d’un individu). Un patrimoine constituant l’identité génétique.

Le test ADN se pratique dans un laboratoire disposant d’une certaine expertise. Notons que de paternité, de maternité, de fraternité, de gémellité ou encore de paternité prénatale, pour ne citer que ceux-là, sont autant d’éléments d’analyse de l’ADN.

Comment pratiquer le test ?

Pour procéder au test ADN, point besoin d’une batterie d’examens ! Un simple frottis buccal, via un bâtonnet suffit. En effet, un échantillon de salive permet d’obtenir de précieuses informations sur l’ADN. Toutefois cette technique n’est valable que lorsque la personne sur qui on prélève l’échantillon est encore vivante. Quand elle est décédée, il faut recourir au prélèvement de cheveux ou de tissus corporels.

Bon à savoir tous les Hommes ont des cellules uniques d’ADN. Du coup, des petites différences sont toujours enregistrées entre les personnes concernées, en cas de parenté. C’est d’ailleurs ce qui explique les différences physiques voire physiologiques entre individus, fussent-ils des jumeaux. Toutefois, l’ADN découle de l’hérédité, le patrimoine génétique contenu dans les ovules, spermatozoïdes et autres cellules.

Lors de la fécondation, les caractères génétiques des ovules et spermatozoïdes combinent et créent des nouveaux, possédant quelques différences. Autrement dit, une partie des caractères génétiques est transmise par la mère et l’autre par le père, d’où la ressemblance avec les parents contenus dans chacune des deux cellules qui vont se combiner pour créer une nouvelle liste de caractères génétiques. Donc une moitié de ce patrimoine provient du père, et l’autre de la mère : c’est pour cette raison que les enfants ressemblent à leurs parents.


MI

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs