Gabon : Un comité interministériel pour lutter contre la flambée des prix

vendredi 18 avril 2008 Economie

Au terme du Conseil des ministres du 16 avril dernier et au regard de la récente augmentation des prix de certains produits, le gouvernement gabonais a mis sur pied un comité interministériel ad hoc pour prévenir et gérer une éventuelle flambée des prix des produits de première nécessité dans le pays.

Préoccupé par l’amplification de la crise alimentaire dans le monde annoncée par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le gouvernement gabonais, réuni en conseil des ministre le 16 avril dernier à Libreville, a mis en place une comité interministériel chargée de prévenir et de gérer une éventuelle flambée des prix des produits de première nécessité.

Proposée par le ministre gabonais du Commerce chargé du Nepad, Paul Biyoghé Mba, la commission interministérielle aura pour mission la surveillance de l’augmentation des prix des produits alimentaires de base et des produits de première nécessité ainsi que l’étude et la proposition de solutions à court terme pour prévenir et gérer l’impact d’une telle flambée des prix sur les populations.

A l’instar des différentes parties du monde, notamment dans la sous région d’Afrique centrale où certains pays sont déjà touchés de plein fouet par la flambée des prix, le Gabon a connu d’importantes augmentations des prix de certains produits depuis près d’un mois. Les ménages gabonais ont ainsi vu le prix du sac de riz de 50 kg passer de 14 000 à 18 000 francs CFA et déjà en 2007, le pays avait fait face à une augmentation des prix des produits tels que l’huile de palme raffinée, la volaille ou le lait en poudre.
Concernant la pénurie du ciment sur le marché national qui a entraîné une hausse du prix de la tonne de ciment de 50 000 à 60 000 francs CFA, le gouvernement a rappelé que le ciment était un produit dont la vente et le commerce avait été libéralisés depuis de nombreuses années et a donc encouragé les opérateurs économiques locaux à s’investir dans l’importation de ce produit.
L’unique cimenterie du pays, CIMGABON ne parvient manifestement plus à satisfaire la demande nationale et les importations de ce produit sont encore insuffisantes pour combler le déficit.
Malgré ses potentialités agricoles et les nombreuse politiques de développement du secteur initiées par le gouvernement pour assurer la sécurité et l’autonomie alimentaire, le Gabon importe chaque année pour pas moins de 150 milliards de francs CFA de denrées alimentaires.
La hausse des prix des produits de premières nécessités qui sévit dans le monde à l’heure actuelle serait liée à l’augmentation du prix du baril de pétrole et à la production des biocarburants ainsi qu’à l’impact des changements climatiques sur les productions agricoles.


gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs