Gabon : Saturnin Mpali brave l’Estuaire à la nage

lundi 23 mars 2009 Speciales


Le nageur a tenu son pari en réalisant le 22 mars dernier la traversée à la nage des 12 kilomètres qui séparent la Pointe Denis de Libreville, devenant ainsi le premier gabonais à réaliser ce challenge. Parti à 7h30 de la Pointe-Denis, Saturnin Mpali Onguinda est arrivé à 12h30 au Palais présidentiel, déporté par les courants à quelques encablures de Michel Marine où il avait prévu d’arriver.

Le rêve de Saturnin Mpali Onguinda est devenu réalité le 22 mars dernier à 12h30, alors qu’il achevait la traversée à la nage du Komo entre la Pointe-Denis et Libreville.

Le professeur d’Education physique et sportive (EPS) est devenu après cinq heures d’efforts intensifs le premier gabonais à réaliser la traversée à la nage.

Parti à 7h30 de la Pointe-Denis, il est arrivé à 12h30 au niveau du Palais présidentiel, déporté de près de trois kilomètres du point qu’il avait fixé pour son arrivée en raison des forts courants de l’Estuaire.

De la présidence, il s’est fait acheminé jusqu’à Michel Marine où l’attendaient ses supporters et sympathisants.

Relevé pour la première fois par un Gabonais, ce défi doit permettre au challenger d’attirer l’attention des populations gabonaises et des pouvoirs publics sur la discipline de la natation, oubliée de l’éventail des sports pratiqués au Gabon.

Trois bateaux, deux médecins, un kinésithérapeute, la brigade nautique, un juriste et les médias ont suivi le nageur durant sa traversée pour orienter et sécuriser son parcours, suivre son état physique, et valider le défi, ce qu’avaient omis de faire les deux nageurs français qui avaient inauguré la traversée en janvier 2008.

Deux jets-skis étaient également de la traversée pour approvisionner le nageur en eau et en chocolat, pour soulager les crampes.

Saturnin Mpali Onguinda avait commencé son entraînement en octobre 2008, tous les dimanche matin durant la période scolaire et tous les matins pendant les vacances scolaires, à raison de trois heures de nage avec 2 kg sur chaque bras et 1 kg sur chaque jambe, le tout sans palmes.

Deux essais en conditions réelles avaient été réalisés les 8 et 15 mars derniers, qui ont permis d’ajuster la trajectoire et le point de départ en fonction des puissants courants et des coefficients des marées.

Le nageur avait expliqué que ce défi était un moyen d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur le problème de la réhabilitation de la piscine olympique du Stade Omnisports Président Bongo.

« Les Gabonais n’ont pas un lieu sécurisé où ils peuvent apprendre à nager. La mer n’est pas sécurisée. Quand on ne sait pas nager, on ne peut pas se permettre d’aller en mer. A la piscine, il y a des maitres nageurs et des surveillants, c’est sécurisé, mais nous n’avons pas ce lieu-là. Nous avons le Club Saoti ou le Beach Club, mais ce n’est pas à la portée de tout le monde », avait-t-il expliqué.

« La piscine olympique du stade est une piscine municipale, donc de l’Etat. Je me souviens bien que l’entrée était à 300 francs, c’était à la portée de tout le monde et les cours de natation n’étaient pas cher du tout », avait rappelé Saturnin Mpali Onguinda, expliquant que la réhabilitation de cette piscine devrait permettre de donner accès à la natation à la plupart des Gabonais et participer à promouvoir cette discipline dans le pays, ainsi qu’à casser les idées préconçues liées à l’appréhension de l’eau.
« On espère interpeller les pouvoirs publics. Nous n’avons pas les moyens de réhabiliter cette piscine. C’est un moyen d’appeler à l’aide », avait-il expliqué.

En attendant la réhabilitation de la piscine municipale, Mpali Onguinda entend initier des cours de natation accessibles au plus grand nombre pour promouvoir cette discipline sportive auprès de la population gabonaise.

« On va voir avec des sponsors pour avoir des tarifs intéressants sur les piscines déjà en place, ou éventuellement voir avec la mairie pour la location d’un bras de mer à baliser pour créer un espace sécurisé », a-t-il expliqué.

Il s’agit de préparer les sportifs gabonais à la pérennisation de l’événement pour que ce défi puisse être relevé chaque année par de nouveaux gabonais, puis sur le long terme, inviter des challengers étrangers pour donner du cachet à cet événement, à l’image de la traversée Dakar-Gorée au Sénégal.

Marié et père de famille, Saturnin Mpali Onguinda est professeur d’EPS au lycée français Blaise Pascal de Libreville et dispense des cours particuliers de natation au Beach Club, sis au quartier Sablière à Libreville.


Gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs