Gabon : Les opérateurs pétroliers règlent leurs comptes à Port-Gentil

lundi 15 mars 2010 Speciales


Le ministre des Petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI), Jean Félix Mouloungui, a réuni le 11 mars Port-Gentil les responsables de plusieurs compagnies pétrolières et PME/PMI gabonaises locales pour apaiser les tensions nées des pratiques discriminatoires dans l’attribution des marchés de sous-traitance avec les PME étrangères.

« Nous ne sommes plus d’accord avec ce que font les compagnies pétrolières à Port-Gentil », se plaignent les responsables des PME/PMI gabonaises de la capitale économique depuis quelque temps.

L’absence de transparence dans l’attribution des marchés aux PME locales et étrangères serait au cœur de ce conflit. Pour calmer le jeu, le ministre des PME/PMI, Jean Félix Mouloungui, a convoqué une réunion tripartite le 11 mars à Port-Gentil.

« Il s’agit bien d’une discrimination, à propos de ce que les PME/PMI gabonaises vivent depuis longtemps. Un expatrié arrive avec un visa touriste, au bout de trois mois, il devient un chef d’entreprise prospère. A compétences égales et même inférieures, les expatriés sont toujours prioritaires. La couleur de la peau ouvre la porte des contrats juteux », fustige le directeur D’Ambia Logistique Maritime, Urbain Makoumbi.

Pour le président du l’Union des pétrolier gabonais (UPEGA), Jean Claude Alevina, « les patrons des PME/PMI gabonaises n’ont pas accès aux marchés parce qu’ils n’observent pas les normes de sécurité, d’hygiène et de précaution de travail ».

Le ministre Mouloungui a exhorté les compagnies pétrolières à « partager la prospérité avec les PME/PMI gabonaises », arguant que ces mêmes compagnies qui sont en Angola ou encore au Nigeria ne font pas là-bas ce qu’elles font au Gabon. Il a indiqué à cet effet que « des sanctions seront prises en cas d’entêtement ».

L’accès à l’information des appels d’offre, mais aussi aux marchés des grandes entreprises constituent en effet un véritable goulot d’étranglement pour plusieurs PME/PMI gabonaises, dont plusieurs ont mis la clé sous le paillasson par manque d’activités.

Si ces menaces de sanctions contre les grandes entreprises non citoyennes sont les bienvenues, le gouvernement pourrait également, pour parvenir aux objectifs du « Gabon industriel » et du « Gabon des services », envisager de contraindre ces entreprises à accorder l’exclusivité des marchés aux PME/PMI gabonaises.


Gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs