Gabon : Le budget 2009 révisé à la baisse

samedi 29 novembre 2008 Speciales

Réunis en séance plénière le 26 novembre à l’Assemblée nationale, les députés gabonais ont adopté le projet de loi de finances pour l’exercice 2009, qui a été revu à la baisse suite aux recommandations émises par le Conseil économique et social (CES) après examen et contre expertise. Compte tenu de la dégradation de la conjoncture économique et financière mondiale, les législateurs gabonais ont équilibré les prévisions sur les ressources et les charges de l’Etat en 2009 à près de 1 773,8 milliards de francs CFA.

Les députés gabonais ont adopté le 26 novembre dernier à Libreville un projet de loi révisé à la baisse d’environ 28,6%, au regard du nouvel environnement économique mondial créé par la crise financière internationale,

Ce projet de loi de finances 2009 établi par le ministre des Finances, Blaise Louembé, à 2 485,5 milliards de francs CFA, en prévision d’une augmentation de la croissance mondiale, a finalement été ramené à 1 773,8 milliards de francs CFA face à la dégradation de la conjoncture économique mondiale.

Cette baisse de 712 milliards de francs CFA, soit près de 28,6% par rapport au projet de budget initial, légitime les recommandations émises par le Conseil économique et social (CES) au terme des ses assises extraordinaires du 17 au 21 novembre dernier pour examiner les prévisions budgétaires sur l’année à venir.
Le CES avait notamment émis des réserves sur l’optimiste affiché par le budget prévisionnel 2009 et appelé à un recadrage des ressources escomptées avec l’évolution de la situation macro économique et financière mondiale.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme prioritaire, le CES avait demandé au gouvernement de mobiliser davantage de moyens pour la réalisation du programme spécial de sécurité alimentaire ainsi que d’affecter 20% des ressources propres à l’investissement, correspondant au seuil de convergence de politique budgétaire.

Le CES avait enfin demandé au gouvernement de réaliser de nouvelles prévisions de l’évolution de la conjoncture économique et financière mondiale pour les mois à venir et ses répercussions sur notre économie, qui dépend fortement des exportations de matières premières et donc de la santé économique et financière des pays importateurs.

Les députés ont estimé qu’en 2009 le prix du baril de pétrole serait à la baisse par rapport à 2008, alors que le gouvernement avait d’abord tablé sur un baril de pétrole à la hausse, passant de 74 à 117 dollars en 2009.

La crise financière a entraîné une vertigineuse chute du prix du baril de pétrole sur le marché international, qui après avoir flirté avec les 150 dollars par baril, a lourdement chuté et oscille actuellement entre 40 et 50 dollars le baril, et les perspectives pour une reprise significative dès 2009 sont incertaines.

Le pétrole étant la principale source de revenu de l’Etat gabonais, le déclin de ce secteur a poussé les dirigeants du pays à mettre en place avec l’aide du Fonds monétaire international un programme de diversification de l’économie qui vise à réduire la dépendance de l’économie gabonaise des recettes pétrolières. Les exportations de pétrole et la fiscalité pétrolière constituent environ 60% des revenus de l’Etat et plus de 40% du Produit intérieur brut (PIB) gabonais.


Gaboneco .com

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs