Gabon : L’USAP soutient les revendications de la coalition contre la vie chère

mercredi 30 avril 2008 Economie

L’Union des syndicats de l’administration publique (USAP) a réagi le 28 avril dernier avec scepticisme aux mesures gouvernementales contre la flambée des prix jugées insuffisantes et a fermement condamné la violente répression policière des manifestations contre la vie chère qui a donné lieu la semaine dernière à plusieurs bavures policières.

La centrale syndicale de l’administration publique s’est alignée sur les positions de la coalition d’ONG contre la vie chère face aux mesures gouvernementales du 24 avril derniers censées contrer la flambée des prix des produits de première nécessité. Au cours d’une conférence de presse tenue le 28 avril dernier à Libreville, l’Union des syndicats de l’administration publique (USAP) s’est dite dubitative quand à l’efficacité à court terme des mesures fiscales et budgétaires arrêtées par le gouvernement pour protéger le pouvoir d’achat des gabonais.

Si le porte parole de l’USAP, Yves Boulingui, a salué la réponse du gouvernement à la flambée des prix, il a cependant relevé que ces mesures ne tenaient pas compte des procédures d’application ni des délais d’écoulement des stocks des commerçants.

« Face à la flambée des prix observée dans notre pays, le gouvernement de la République dans son communiqué final du conseil des ministres du 24 avril dernier a pris des mesures fiscales et budgétaires permettant d’alléger immédiatement le panier de la ménagère sur une période de six mois. L’USAP qui se félicite de cette réaction gouvernementale émet des réserves quant à l’applicabilité des mesures prises. En effet le communiqué final du dit conseil n’a pas fait état des stocks actuels des importateurs qui avaient déjà payés les droits de douanes » a déclaré monsieur Boulingui.

Les débats auront permis de soulever en profondeur le problème de l’efficacité à court terme des mesures gouvernementales et de s’interroger sur la position des commerçants qui disposent de stocks à écouler sur lesquels ils ont payés les taxes.

« Que fait le vendeur dans ce cas de figure ? Il sera obligé de faire supporter aux consommateurs le poids des charges qu’il aura engagé et par conséquent, dans l’immédiat, les mesures prises par le gouvernement seraient sans effets positifs » a expliqué le porte parole de l’USAP.

Devant ce constat, monsieur Boulingui s’est conformé aux positions des leaders de la coalition d’ONG contre la vie chère en déclarant que « fort de ce qui précède, l’USAP propose au gouvernement de tenir compte des stocks actuels et de prendre des mesures qui vont au-delà des mesures d’urgence ».

Le porte parole de l’USAP a par ailleurs fermement condamné la répression abusive des manifestations pacifiques contre la vie chère par les forces de l’ordre, qui ont mené à des bavures policières le 25 avril dernier à l’encontre d’un journaliste qui s’est retrouvé à l’hôpital pour avoir filmé des scènes de violences des agents des forces de l’ordre sur des civils.

« L’USAP condamne avec la dernière énergie les actes de barbarie perpétrés contre des compatriotes dont la marche n’était que pacifique et surtout l’agression sauvage dont les journalistes ont été victimes dans l’exercice de leur métier » a conclut monsieur Boulingui.


gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs