Gabon Forum Citoyen/Journalistes en Afrique : Et si on faisait autrement…

mardi 13 octobre 2015 Société & environnement

Si la révolution médiatique se poursuit en Afrique avec la diversité des titres de presse, leur rendu reste cependant très critiqué dans et hors du continent. Comment donc relever les défis de l’indépendance en Afrique ? Et quelle presse faut-il pour le continent ?

Après deux jours de débats à Libreville au Gabon les 9 et 10 octobre dernier, au stade de l’amitié sino- gabonaise, le Forum Citoyen organisé par le média français Libération a clos ses échanges avec le thème « Journalistes en Afrique. Le défi de l’indépendance »

Dans le même ordre d’idées que le thème d’ouverture plus généraliste que spécifique de la démocratie en Afrique, ici, c’est plutôt à un exercice de démocratie médiatique vers lequel les pénalistes du Forum ont orienté leur réflexion. Sans omissions ni retenue, ce sont tous les champs de la profession, ses déboires, l’exercice manqué ou mal fait de la presse africaine qui ont été soumis à réflexion.

Les dossiers propres à la profession en mettant particulièrement l’accès sur les dérives médiatiques du continent liées à l’absence d’impartialité, objectivité et de neutralité ont été revisités. « Tous les pays ont ratifié la charte africaine de liberté d’expression » a souligné Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC mais très peu de journalistes des pays signataire de cette charte sont en conformité avec les exigences de la profession.

« L’Afrique n’est pas formidablement bien classée dans le rapport de Reporter Sans Frontières », a fait remarque rpour sa part Martine Ostrovsky, membre du conseil d’administration de Reporter Sans Frontières (RSF). Sur 190 pays par exemple, le Gabon se classe au 95eme rang mondial.Mais avec les pressions politiques et économiques comment remplir convenablement sa mission d’informer, sensibiliser, interpeller et divertir ? C’est peut-être l’éclairage qui manque à la critique parfois fondé des « donneurs de leçons ».

L’affiliation aux politiques

La presse africaine connaît et reconnaît les difficultés inhérentes à la fonction journalistique. Le pluralisme médiatique dans certains pays, plutôt que de nourrir la pensée objective, celle d’informer, éduquer et servir la société s’est fourvoyé sur le sort des dirigeants politiqueset de leurs adversaires.

Peut-être, cette façon de fonctionner est-elle propre aux journalistes africains mais elle permet peut-être de mesurer la difficulté qu’il y a au sein même du continent à exercer dignement une telle fonction surtout lorsque la démocratie originelle, celle qui consiste à donner la parole à tout le monde n’est pas prise en compte. Oui, une certaine guerre existe entre les maisons de presse pour défendre certains politiques, oui, la corruption est d’actualité dans les milieux médiatiques africains mais ces problèmes sont-ils spécifique au continent ?

Peut-être, l’erreur de la presse africaine est de trop se dévoiler, de trop défendre le pouvoir des politiques mais commençons d’abord par rendre aux journalistes africains, le plein pouvoir de leur profession, commençons par « trouver des voies pour que les journalistes restent ce qu’ils sont et qu’ils remplissent leur mission d’informer, instruire et distraire » et après, demandons leur du résultat.

Le manque de moyens

L’une des causes de l’absence de déontologie au sein de la presse africaine, c’est le problème de moyens financiers, techniques et logistiques. En effet, très peu de médias et de journalistes en Afrique disposent des ressources nécessaires pour faire convenablement leur travail. Or, chacun mesure l’importance de ces moyens et malgré leur absence, elle effectueà la mesure de son possible, son travail.

Contrairement aux journalistes européens, français en particulier, le métier de journaliste en Afrique s’opère avec beaucoup de carences intra et extra professionnel. Commençons par mettre à leur disposition les moyens nécessaires et après critiquons. C’est à double variable que la critique s’installe un peu trop dans ce métier en Afrique quand bien même, chacun se refuse de comprendre les déboires qui encadrent l


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs