Gabon : Dix clandestins arrêtés par les éléments de la DGDI à Oyem

mardi 22 avril 2008 Société & environnement

Une opération coup de poing lancée le 19 avril dernier par la Direction générale de la documentation et de l’immigration(DGDI) d’Oyem a permis d’appréhender une dizaine d’immigrants clandestins en provenance d’Afrique de l’Ouest qui cherchaient à entrer sur le territoire gabonais.

Fin du voyage pour la dizaine de clandestins en provenance de Kye-ossi, à la frontière entre le Cameroun et le Gabon, appréhendé le 19 avril dernier à Oyem par les éléments de l’antenne locale de la DGDI, dans le cadre d’une opération ciblée visant à prévenir l’immigration clandestine dans cette zone de forte affluence.

Des maliens, burkinabés et ivoiriens pour la plupart, ont été arrêtés alors qu’ils essayaient de rentrer sur le territoire gabonais pour tenter leur chance dans ce que beaucoup considèrent encore comme l’eldorado de l’Afrique centrale.

Pas moins de 75 000 francs CFA ont été déboursés par chacun d’entre eux pour profiter du réseau de passeur mis en place avec la complicité de certains gabonais installés dans la zone frontalière du Gabon, du Cameroun et de la Guinée Equatoriale, aussi appelée zone des trois frontières.

Un des clandestins appréhendés témoigne "on arrive de Kye-ossi et les gens sont partis d’ici pour aller les chercher là bas. Il nous ont dit qu’ils allaient nous emmener à Oyem et que sur place nous devions nous débrouiller pour trouver une maison et un travail pour nous nourrir".

Présentés au parquet d’Oyem, les clandestins interpellés devraient être rapatriés vers leurs pays respectifs dans le cadre de la politique de dissuasion de l’immigration clandestine orchestrée par la DGDI.

Pour rappel, le 6 avril dernier, 17 clandestins avaient été interpellés à Libreville avant d’être rapatriés dans leurs pays d’origine, et le 12 avril dernier, ce sont près de 80 travailleurs en situation irrégulière qui ont été appréhendés dans la capitale gabonaise, dont une cinquantaine ont été reconduits à la frontière.

Certaines sources affirment que 25 % de la population gabonaise est d’origine étrangère et que la plupart vivent clandestinement dans ce pays qui est considéré par beaucoup comme le l’eldorado de l’Afrique centrale.


gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs