Gabon : Confusion autour de la légalité de l’UNPR et du PDS

dimanche 6 avril 2008 Politique

Le Conseil d’Etat gabonais aurait déclaré la légalité de l’Union pour la nouvelle république (UPNR) et du Parti pour la démocratie sociale (PDS) au lendemain d’une déclaration contraire du ministre de l’Intérieur.

Contrairement aux récentes déclarations du ministère de l’Intérieur, les dirigeants de l’Union pour la nouvelle république (UPNR) et du Parti pour la démocratie sociale (PDS) ont déclaré à la rédaction du quotidien gouvernemental "L’union" que le Conseil d’Etat a confirmé, le vendredi 4 mars dernier, l’existence l’égale leur formations politiques.

Ainsi, suite à l’avis de non reconnaissance, en juillet dernier, de l’UPNR par le ministère de l’Intérieur, cette formation, qui avait introduit un recours auprès du Conseil d’Etat, aurait vu sa légalité reconnue par cette haute juridiction de la République gabonaise qui s’appuierait à cet effet sur les pièces versées au dossier et sur l’article 13 de la loi 24/96 du 6 juin 1996.

L’UPNR et le PDS avaient enregistré le rejet par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) de leurs dossiers de candidatures aux prochaines élections locales. Rejet à nouveau confirmée, le 2 mars dernier, par le ministre de l’Intérieur André Mba Obame qui s’appuyait, concernant notamment l’UNPR, sur le caractère fictif des adhérents déclarés par Me Louis-Gaston Mayila, leader de l’UNPR.

Tentant de recouper l’information auprès du Conseil d’Etat, la rédaction de "L’union" s’est vue purement et simplement renvoyée au ministère de l’Intérieur tandis que le cabinet du ministre André Obame soutiendrait que le Conseil d’Etat s’est déclaré incompétent sur le recours introduit par les deux partis politiques. Ce jeu de cache-cache a poussé le quotidien "L’union" a titrer « UPNR, PDS : La confusion »

Un responsable de l’UPNR aurait par ailleurs soutenu que la Cour constitutionnelle aurait validé les listes de candidatures de ce parti. Ce qui lui permettrait de prendre part à la bataille des locales le 27 avril courant. Le ministère de l’Intérieur devrait une fois de plus, se prononcer une fois pour toutes sur cet embrouillamini.


gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs