Gabon : Biyoghe Mba en Zambie

mercredi 15 décembre 2010 Speciales


Le premier ministre, Paul Biyoghe Mba, est actuellement à Lusaka, en Zambie, où il participe au sommet spécial sur l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la région des Grands Lacs qui s’est ouvert ce 15 décembre. Une dizaine de chefs d’Etat et de gouvernements participent à cette rencontre censée proposer des solutions durables à l’exploitation illégale des matières premières de cette région.

Le Gabon prend part à Lusaka, en Zambie, au sommet spécial sur l’exploitation illégale des ressources naturelles dans la région des Grands Lacs. La délégation gabonaise est conduite par le Premier ministre, Paul Biyoghé Mba qui a quitté Libreville le 14 décembre. Plus d’une dizaine de chefs d’Etat et de gouvernements participent à ce conclave.

Cette rencontre qui enregistre la présence de onze chefs d’Etat et de gouvernement rentre dans le cadre de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) mise en place en 2004, en réponse aux conflits qui avaient ravagé ce vaste espace géographique dont le génocide au Rwanda et la guerre civile en République démocratique du Congo.

A Lusaka, les dirigeants africains chercheront des solutions visant à lutter durablement contre l’exploitation et le commerce illégal des ressources naturelles et à promouvoir la transparence dans la gestion de ces ressources afin qu’elles contribuent effectivement au développement économique des pays où elles sont exploitées. « Il n’est un secret pour personne que l’extraction illégale des ressources minières et le commerce illicite de ces minerais constituent la cause profonde des conflits dans la région des Grands lacs et particulièrement en République démocratique du Congo », soulignent les organisateurs du sommet.

La CIRGL a déjà arrêté une série d’outils pour tenter de trouver une solution durable au problème de l’exploitation illégale de ces ressources. Ces outils portent entre autres sur l’introduction d’un système de certification régionale des minerais afin de garantir qu’ils ne proviennent pas des zones de conflits. Les autres mesures portent quant à elles sur l’harmonisation des législations dans les pays membres qui régissent l’exploitation des ressources minières et la mise en place d’une base de données régionales sur le flux des minerais. Les ministres en charge des ressources minières ayant analysé ces instruments au début du mois de novembre de cette année, il est attendu que les chefs d’Etat les analysent davantage afin de prendre une décision. Les pays membres de la CIRGL sont : Angola, Burundi, République Centrafricaine, République du Congo, République Démocratique du Congo, Kenya, Rwanda, Soudan, Tanzanie, Ouganda et Zambie.


Gaboneco

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs