Front social : Risque de grabuge à la Poste !

vendredi 25 mars 2016 Economie


Les agents de la poste gabonaise sont en colère et le manifestent depuis hier, jeudi 24 mars, par une grève d’avertissement de deux jours. Le Personnel revendique, entre autres le versement de leur salaire mensuel et du 13ème mois. Très remontés, les agents de la Poste SA en crise, menacent de bloquer le paiement des salaires des fonctionnaires domiciliés dans cette structure.

Sale temps pour Michael Adandé, Président Directeur Général de la poste ! Et pour cause, son personnel en colère a décidé de ne pas offrir les prestations habituelles aux clients. C’est du moins, ce qui ressort de l’assemblée générale, tenue hier, jeudi 24 mars, au Centre de Tris situé au Charbonnage. Une assemblée générale qui a opté pour une grève d’avertissement de deux jours. Il faut dire que le choix de cette date est loin d’être fortuit. En effet, chaque 25 du mois, les 15 000 fonctionnaires domiciliés à la PosteBank doivent percevoir leurs salaires. Seulement, ce mois, sauf revirement de dernière minute, cela risque de ne pas être le cas !

"Il n’y aura pas de paiement de salaires si notre situation n’est pas régularisée", a averti Jean Clair Mboutsou Ditengou, secrétaire général du Syndicat National de la Poste (SYNAPOST). Pour rappel, ce mouvement d’humeur n’est pas le premier du genre. En décembre dernier, déjà, une action similaire avait été tuée dans l’œuf. Le Gouvernement avait urgemment réglé le problème des postiers qui avaient brandi la même menace pendant la période des fêtes de fin d’année.

Les agents de la poste, (près de 750), réclament le paiement du 13ème mois et accusent le PDG de n’avoir pas respecté sa précédente promesse. Ils exigent entre autres, le retour à la normale concernant paiement de leurs salaires et surtout la réouverture de la section ‘’poste’’ à l’école des postes et télécommunication de Libreville. Par cette grève d’avertissement, les postiers veulent attirer l’attention du Gouvernement peinant à trouver une solution à la crise qu’ils vivent.

En début de semaine, Michaël Adandé a indiqué que pour sauver la poste il faudrait débloquer la bagatelle de 142 milliards de F CFA. « La Poste est secouée par une crise profonde, qui a conduit une des filiales importantes, notamment PosteBank, à fermer ses guichets et ses portes  ».

Pour l’heure, La Direction générale de la poste et le gouvernement travaillent sur un plan de redressement du groupe. Mais selon le directeur l’avenir n’est pas clair « Les sources de financement de ce plan de redressement du groupe La Poste SA s’en trouveront nécessairement affectées puisque fortement liées à la situation financière de l’État, actionnaire unique ».


YAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs