Front Social : Et si la Conasysed, en faisait un peu trop ?

mardi 5 janvier 2016 Société & environnement


La trêve a été de courte durée. Après une rentrée calme (un fait inédit au Gabon, depuis de longues années), la Convention nationale des syndicats de l’Education nationale (Conasysed), réunie en assemblée générale durant le week-end écoulé, à l’école publique Martine Oulabou revient à la charge avec une grève d’avertissement de trois jours qui a débuté lundi 4 janvier 2016.

Les enseignants de la Conasysed brandissent de nouveau, la dangereuse arme : la grève ! Et pour cette fois, il s'agit d'une grève d'avertissement de trois jours depuis lundi 4 janvier. Une décision prise à l'unanimité par les syndicalistes, en assemblée générale samedi 2 janvier dernier. Ces derniers revendiquent, entre autres, le paiement de la dernière tranche de la Prime d’Incitation à la Performance (PIP), celui des vacations aux différents examens et concours, la construction de nouveaux établissements (préscolaires, scolaires, techniques de formation professionnelle, des universités et instituts de recherche toujours), l’ouverture du lycée agricole de Bongoville qui se fait toujours attendre, alors même que le projet Graine est déjà lancé, une liste loin d'être exhaustive.

Des revendications inopportunes !

Si toutes ses revendications paraissent justifiées et légitimes, car inhérentes à l'exercice de leur profession, il est tout de même impérieux de tenir compte de l'actuel contexte économique, marqué par la chute drastique du prix du baril de pétrole, et ce, à l'échelle mondiale. Lequel prix du baril de pétrole étant actuellement sous la barre des 37 dollars, pas besoin d'être économiste pour comprendre que cet impondérable fausse les prévisions budgétaires. Surtout quand on sait que l’économie gabonaise tirant un peu plus de 60 % de ses recettes des rentes pétrolières ! Il est donc clair qu'en l'état, les autorités gabonaises ne peuvent satisfaire toutes les demandes sociales, dont celles des enseignants, (considérés par certains comme des enfants gâtés, toujours en train de faire des caprices).

Dans le même temps, les agents de la SOGATRA, d'Africa n°1, de la Poste Sa, pour ne citer que ceux-là, trainent plusieurs mois d'arriérés de salaires et continuent tout de même d'exercer quotidiennement leur métier. Est-ce à dire qu'ils sont moins importants que les enseignants ? Des enseignants, il faut le dire, régulièrement payés et refusant, volontairement, de transmettre à "l'avenir" du Gabon leur connaissances, pour une histoire de paiement de prime. Faut-il rappeler que la prime, comme son nom l'indique, est une récompense reversée aux agents les plus méritants. De ce fait, la prime contrairement au salaire ne constitue nullement un droit incontestable. Du coup, elle peut être suspendue pour diverses raisons dont celui de la conjoncture économique. Et dire que l'enseignement est un sacerdoce !

La Conasysed : un syndicat aux desseins politiques inavoués ?

Selon Marcel Libama, délégué administratif du syndicat, « la Conasysed en 2016 se tiendra aux cotés du peuple comme l’ont fait les travailleurs Tunisiens et Burkinabès ». Ce dernier de rajouter, « les enseignants sont déçus par la vacuité du discours du chef de l’Etat ». Des propos qui en disent long sur les réelles ambitions de certains syndicalistes ayant pris en otage la confédération. En fait, ils s'en servent comme paravent politique. Outre la légitimité du mouvement d'humeur, on est amenés à s'interroger sur les intentions de ses leaders. On en veut pour preuve Marcel Libama, ayant pris fait et cause pour l’opposition. Un secret de polichinelle ! Des revendications aux relents politiques à quelques mois de l’élection présidentielle. Il est donc grand temps que les enseignants fassent preuve de patriotisme et mettent un peu de l’eau dans leur vin, surtout au regard de la situation économique difficile que traversent la plupart des pays producteurs de pétrole.

                                                     


CNN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs