Franc CFA : Le dernier rempart de la France ?

lundi 11 avril 2016 Economie


Créé il y a aujourd’hui 70 ans, le Franc CFA, la monnaie commune à quinze pays de l’Afrique de l’ouest et du centre est la dernière monnaie coloniale en activité. Le Franc CFA est lié à l’euro par un système de parité fixe. Lequel système oblige les Etats africains à verser 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français. Pour certains dirigeants africains, cette monnaie et le système le liant à l’euro "freine le développement de l’Afrique".

Plus d’une cinquantaine d’années après les indépendances, rares sont les pays d’Afrique, autrefois colonisés, à disposer à ce jour, d’une monnaie coloniale mis à part quinze pays de l’Afrique de l’Ouest du Centre, anciennes colonies de la France, à partager le Franc CFA comme monnaie d’échange. Pourtant 70 ans après sa naissance, cette monnaie créée en 1945 ne cesse de faire l’objet de nombreuses critiques.

L’un des griefs formulés à l’égard de cette monnaie réside dans le retard du développement des pays de la zone Franc. En effet, comme l’avait exprimé en 2015 le Président tchadien, Idriss Déby Itno, "Il y a des clauses qui sont dépassées. Ces clauses-là, il faudra les revoir dans l’intérêt de l’Afrique et dans l’intérêt aussi de la France. Ces clauses tirent l’économie de l’Afrique vers le bas".

Le Franc CFA est lié à l’euro par un système de parité fixe qui oblige les Etats africains à verser 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français. Le Franc CFA confère aux pays de la zone Franc une dépendance décisionnelle à l’égard de la Banque centrale de France. Ce que tentent de se refuser aujourd’hui les dirigeants de la zone Franc mais en vain puisque le débat sur la question date de plusieurs années. En effet, aucune politique monétaire, aucune décision touchant directement le cadre monétaire de cette partie de l’Afrique ne peut être envisagé sans l’aval de la France.

La monnaie avait été perçue à son origine comme un bien-fondé qui devait au fil du temps, "favoriser le développement et l’intégration de nos pays" fait remarquer à Jeune Afrique, Juge Demba Moussa Dembélé, Directeur du Forum africain des alternatives. Pourtant, la réalité est aujourd’hui différente. "Rien de tel, ajoute t-il, ne s’est produit depuis 50 ans." Il y a lieu de revoir le cadre d’évolution de cette monnaie tout comme la relation qui la lie à l’euro.

Options

Certains dirigeants du continent perçoivent la dépendance du Franc CFA à l’euro comme un " gage de stabilité", un canal "d’intégration" qui permettra aux pays de la zone Franc de facilement s’arrimer à la mondialisation. Cette vision n’est pourtant pas entièrement partagée par tous. Pour certains économistes, il faut une "rupture", avec la création d’une monnaie propre à la zone qui viendrait remplacer le Franc CFA.

Pour Michel Sapin, ministre français des Finances, "la France est entièrement ouverte à toutes les discussions. Tous les pays membres de cette zone monétaire sont libres et indépendants". Toutefois, entre ce qui est publiquement avoué et la position des africains sur la question, il y a un point focal : la division des dirigeants du continent sur la rupture avec cette monnaie. Face à celle-ci, et tant que les africains ne se seront pas réellement décidés de ce qu’ils veulent, la France continuera à jouer le jeu du maintien


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs