Football/Reprise du championnat national : Vers une saison blanche ?

lundi 17 décembre 2018 Sport


En tout cas c’est le sentiment qui se dégage désormais après l’entretien accordé par le ministre des Sports, Alain Claude Bilié-By-Nzé à la presse, au Musée national, le 15 décembre dernier. La raison principale est évidemment le manque d’argent pour l’organisation d’une compétition qui nécessite 7 milliards de FCFA, alors que la ligne budgétaire du ministère ne dispose que d’un milliard. Du coup, Alain Claude Bilié-By-Nzé préfère attendre disposer de l’argent nécessaire à la bonne organisation plutôt que de faire dans le bricolage.

« Le championnat national de football n’a toujours pas repris pour des raisons, non pas de calendrier, mais budgétaires. Nous avons discuté avec la FEGAFOOT et la LINAF. La LINAF nous a proposé un calendrier du championnat avec une évaluation financière autour de 4 milliards, sans tenir compte des arriérés qui, eux, sont autour de 3 milliards. Sept milliards pour relancer le championnat et aller jusqu’à terme ». Voilà les justifications du ministre des Sports, Alain Claude Bilié-By-Nzé qui avoue l’incapacité financière de son département ministériel à organiser une compétition aussi onéreuse, surtout dans un contexte de récession économique comme celui du Gabon.

Pour le ministre de tutelle, il est donc inadmissible de prendre le risque d’organiser une compétition de l’envergure du championnat national avec presque rien du tout. Autant dire que ce championnat national ne reprendra pas tout de suite. A en croire Bilié By-Nze, et même s’il ne le dit que de manière sibylline, ce championnat ne reprendra pas, en tout cas pas pour le moment. Voilà qui est, on ne peut plus clair pour la tutelle. Pas d’argent suffisant, pas de championnat. Et vu les tensions de trésorerie que connaît le pays actuellement, le tout sur fond d’une crise socio-politique, crise alimentée par la convalescence au Maroc d’Ali Bongo Ondimba ainsi que de multiples grèves des travailleurs qui éclatent les unes après les autres dans la plupart des administrations, cette reprise tant attendue du championnat national n’est certainement pas pour demain la veille.

C’est dire que les amoureux de cette compétition devront attendre longtemps, peut-être même très longtemps, « quitte à ce qu’il ait une saison blanche » comme l’a suggéré Bilié-By-Nzé lui-même. Aux yeux du Ministre, c’est le prix à payer si l’on veut organiser une compétition de qualité. Surtout qu’il a dit d’abord faire la lumière sur les fonds utilisés dans le cadre de la première édition de ce championnat, alors même que l’Etat y avait consenti d’énormes sommes d’argent, des sommes d’argents qui ont fini dans un « désastre » organisationnel à tous les niveaux.

Alain Claude se veut donc pragmatique, même s’il faut renvoyer aux calendes grecques la prochaine édition du championnat national qui devra elle aussi pâtir de l’assèchement des caisses de l’Etat comme pâtissent déjà d’autres secteurs d’activités. Il faut encore attendre, mais en attendant, c’est tout le sport gabonais qui patiente, avec de très mauvais points au tableau continental.


YFI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs