Football/Eliminatoires Can 2019 : « On doit obligatoirement se relancer », d’après Daniel Cousin

lundi 1er octobre 2018 Sport


En long et en large le nouveau sélectionneur des Panthères du Gabon a commenté sa liste des 27 joueurs retenus pour la double affiche avec le Soudan du Sud les 12 et 16 octobre prochain à Libreville et Juba. Ces deux rendez-vous comptent pour les 3e et 4e journées sur le chemin de la Can 2019. Du cas Aubameyang, à son nouveau staff en passant par son schéma tactique et sa vision Daniel Cousin a tout dit.

Aubameyang

« Comme je suis très proche de Pierre Aubame Yaya, j’ai discuté longuement avec lui. Il n’a pas répondu négativement. Au contraire il m’a fait savoir que PEA est un joueur gabonais et il doit répondre présent. Le choix lui appartient. Pour moi il va répondre présent. Quand j’ai appelé c’était aussi pour prendre des nouvelles de sa santé et Pierre était à côté de son père. S’il ne répond pas favorablement on va trouver un plan B, mais je sais que Pierre sera là. Il me l’avait promis après le match comme le Burundi. Pierre m’avait dit qu’il voulait aller à La Can ».

Denis Bouanga

« Pour ce qui est de Denis, c’est un des premiers joueurs avec qui j’ai discuté. Il m’a rassuré sur son état physique. Il était très bien. Le Kiné de son club (Nîmes Olympiques) lui a donné le feu vert. Il est très motivé pour les deux matchs très importants pour l’équipe nationale. Il m’a rassuré, c’est quelqu’un avec qui j’ai un bon relationnel donc aucun problème de ce côté-là. Il a joué le week-end dernier et son club a perdu 0-3 contre Montpelier ».

Choix des 2 gardiens

« J’ai choisi de prendre deux gardiens parce que souvent le 3e se retrouve en tribune. J’avais envie d’intégrer un joueur de champ (Wilfried Abessolo de Lorient FC B) on m’a dit du bien de lui. J’avoue que je ne connais pas bien. J’ai juste visionné ce joueur à la TV. Donald n’est pas un mauvais gardien c’est juste un choix. J’ai choisi Didier et Stéphane. Je ne crois pas que Didier soit déjà vieux parce que les gardiens ont une plus grande longévité par rapport aux joueurs de champ ».

Préparation des deux matchs ?

« Il n’y a pas trente-six mille discours à faire. On doit gagner obligatoirement ces deux matchs. On doit retrouver la cohésion, la stabilité, l’efficacité, la discipline, la complémentarité à l’hôtel comme au stade. C’est mon travail avec le staff. J’ai déjà discuté avec certains joueurs. Ils connaissent l’enjeu de la rencontre. On a deux matchs très importants qui doivent nous relancer dans la course. On a plus de calculs à faire. Nous sommes au pied du mur. J’ai confiance aux joueurs qui ont un gros potentiel. Mon discours est simple et direct. Les joueurs doivent tout donner. On va se qualifier, J’ai confiance. Le challenge est très excitant.je suis un homme de challenge et je n’ai pas peur. Je vais tout donner pour réussir ».

La liste

« J’ai essayé de trouver un bel équilibre entre les jeunes, les pas trop vieux et les vieux. J’ai misé sur les qualités de certains. Camacho a joué dans un système 4-3-3 il n’a pas beaucoup changé et il a utilisé des joueurs qui ne jouaient pas à leur poste. Avec moi ce sera différent. J’ai visionné nos anciens matchs. On a commis des grosses erreurs. On a des joueurs qui vont vite. J’ai le choix entre deux ou trois systèmes différents. Après il faut savoir utiliser un joueur comme Aubameyang. J’ai regardé son dernier match avec Arsenal il a joué à gauche. Lacazette était devant en 4-3-3. Il est important de discuter avec les joueurs ce qui n’était pas forcément le cas avec l’ancien coach ».

Le staff

« J’ai choisi de prendre comme adjoint l’ancien international, Mbanangoye Zita, dans le nouveau staff nous sommes 5. Le reste est inchangé. Le préparateur physique, c’est Eric Caballero. C’est un formateur avec lui que j’ai passé mes diplômes à Paris. Il a été aussi préparateur pour le compte de l’équipe du Syli de Guinée. Il a travaillé avec Luis Fernandez. Il a donc déjà une expérience africaine. L’entraineur des gardiens, c’est Rudy Riou, ancien gardien de Montpellier, de Toulouse de l’OM, Lens et Nantes. Il a ces diplômes des écoles de gardiens de buts et il a une grande expérience. Le 3e kiné c’est un italien Fabrizio Di Francesco. C’est un kiné que j’ai connu à Sapin quand je suis rentré au Gabon. On l’avait fait venir avec le président Gassita. C’est un bon kiné du sport. Il connaît parfaitement son boulot. Ils seront tous là en principe cette fin de semaine ».

Sélectionneur national : Daniel COUSIN
Sélectionneur national adjoint : Bruno MBANANGOYE ZITA
Préparateur Physique : Eric CABALLERO
Entraineur des gardiens : Rudy RIOU
Kinésithérapeute : Francesco DI FABRIZIO
Médecin : Jean Marie MBA ANGOUE
Infirmier : Christian MOUSSAVOU
Chargé du matériel : Charles NGOLEINE OGNEGUET
Intendant : Joël Serges Ahmed MOMBO
Chargé de la Sécurité : Sidy SYLLA

Le cas de Camacho

« En tant qu’ancien manager, j’ai le droit de faire un constat sur le sélectionneur. J’ai donc constaté que Camacho n’était pas très impliqué dans le football national. Il ne vivait pas ici au Gabon. Cela a compliqué sa tâche et son relationnel avec les dirigeants et les joueurs. La barrière de la langue aussi n’a pas aidé Camacho. Je crois que le sélectionneur national doit être présent. Suivre les matchs locaux, il doit s’engager totalement. C’est important. N’oublions pas que l’équipe nationale n’est pas un club. Un club vous êtes tous jours avec les joueurs et ce n’est pas le cas avec la sélection où vous retrouvez tous les deux ou trois mois. Il faut s’investir beaucoup plus qu’en club. C’est que les anciens coachs comme Claude Leroy et Hervé Renard m’ont dit.
Le travail est plus étalé sur les mois qu’en clubs. L’équipe nationale n’a pas montré du bon jeu et a manqué de rigueur. Et de discipline. Camacho avait sa méthode de travail. Peut-être que sa méthode ne correspondait à l’équipe nationale. J’ai par rapport à lui un avantage. Je parle français, je n’ai pas besoin de traducteur. Je connais les joueurs et l’environnement. Mon relationnel est correct avec les joueurs cela peut être un avantage ou un inconvénient. Il faut aussi mettre une barrière. Quand on passe de l’autre côté il faut savoir ne plus être joueurs
 ».


Propos recueillis par

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs