Football : Didier Ovono Ebang, l’inamovible gardien de but des Panthères ?

mardi 7 juin 2016 Sport


Didier Ovono Ebang est sans conteste le patron de l’équipe nationale de football du Gabon. Et pour preuve, tous les sélectionneurs des Panthères depuis l’avènement du brésilien Jairzinho en 2003, lui vouent une confiance aveugle. Ce qui explique le fait qu’il est toujours dans les buts de la sélection nationale, même en match amical. Une omniprésence tout aussi justifiée que gênante au point que la relève n’est pas assurée. Décryptage de sa longévité avec les acteurs du football.

Au poste de gardien de but des Panthères du Gabon c’est toujours lui. Didier Ovono Ebang garde les cages du Gabon en continu depuis 2003 d’abord avec le sélectionneur brésilien Jairzinho, le Gabonais Raphael Nzamba-Nzamba, le Français Alain Giresse, l’allemand Gernot Rohr, les Portugais Paulo Duarte et Jorge Costa ont tous fait confiance au meilleur gardien du championnat du Salvador et deuxième meilleur portier de l’Amérique centrale et du sud en 2006.

Ovono est aligné à toutes les rencontres, officielles et amicales. Les deux autres gardiens, Anthony Mfa Mezui (RFC Seraing D2 Belgique) et Stéphane Biteski Moto (CF Mounana, ligue 1 Gabon) sont là juste pour la figuration. Ils sont certes toujours sélectionnés mais malheureusement jamais alignés. L’actuel gardien du club belge de ligue 1, KV Ostende, a donc une grande expérience en la matière car totalisant plus de 80 sélections. Tout le contraire des deux autres dont les sélections se comptent sur le bout des doigts.

Dans l’opinion le débat est ouvert. Pourquoi toujours Ovono et pas les autres ? La réponse est claire pour le sélectionneur. Il est le meilleur. Jorge Costa est soutenu en cela par l’ancien gardien des panthères Claude Babé qui comptabilise une trentaine de sélections. « Ovono mérite sa place et il faut un gardien régulier, qui est en confiance. A son poste la concurrence est faible. C’est justement la concurrence qui fait progresser. A mon époque Il y avait feu Germain Mendome qui était titulaire mais les entraineurs m’ont tout de même donné ma chance tout comme Jacques Deckousshoud »
.

Un avis que partage Aliou Goloko, le collaborateur du magazine hebdomadaire France Football au Sénégal. « Le poste de gardien c’est très différent. Tant que le titulaire est bien portant c’est lui qui doit être en poste. Sauf si il y a un turn-over général. Ovono est une des têtes fortes de l’équipe avec Aubameyang et Bruno Ecuele Manga. Il rassure sa défense et motive. Il ne serait pas intéressant de le mettre sur le banc de touche pour l’équilibre de l’équipe. Les deux autres gardiens vont encore se ronger les sangs mais devront saisir leur chance le jour où cela se présentera. »

Le journaliste sportif Prosper Tonda Mambenda ne parle pas d’erreurs commises par les différents entraineurs de la sélection gabonaise. Toutefois il relativise. « . C’est juste qu’il y a un gardien qui domine la scène et on se fonde sur son expérience et son talent pour jouer. Il joue un rôle important dans le groupe. Les autres ne sont mêmes pas des doublures, les autres attendent leurs heures mais il faut créer ces conditions en jouant parce que les laisser comme cela peut conduire aussi au découragement. Il faut faire confiance à tout le monde. »

Cette position n’est pas partagée par d’autres acteurs. Tout en reconnaissant la forme et le talent du champion de Géorgie en 2008 avec le Dinamo Tbilissi, Jonas Ogandaga qui a remporté la ligue africaine des champions de football avec le Raja de Casablanca en 1997 a un avis différent. « Didier Ovono c’est un gardien international confirmé, mais je crois que l’entraineur national doit voir aussi son remplaçant pour l’utiliser dans les match amicaux. Parce que utiliser juste un seul gardien c’est se mettre en danger et c’est complexe. Le jour où il sera en méforme si on prend l’autre gardien qui ne joue jamais il peut avoir des problèmes de trac. Normalement, c’est une grave erreur de ne pas utiliser tout le monde. Les matchs amicaux servent à préparer les grandes compétitions. Cela permet de juger la valeur des autres gardiens. Où est l’utilité des autres s’ils ne jouent jamais. Comment on va faire si Ovono se blesse ? C’est une erreur commise par les coachs ».

Pierre Louis Okengue, défenseur central à Azingo national estime que « Cela est dérangeant. Tout le monde connait déjà l’énorme talent d’Ovono. On connait ce dont il est capable. Mais c’est le contraire pour Anthony Mfa Mezui et Stéphane Bitseki Moto qui ne jouent jamais en amical, alors que c’est la meilleure occasion pour tester leur potentiel. Il n’y a pas qu’Ovono en sélection. C’est le titulaire. Mais pour autant les autres méritent de jouer pour être prêt le jour J ».

En prévision de la prochaine CAN sur son sol en 2017 ( du 14 janvier au 5 février), l’équipe nationale de football du Gabon aura besoin de 23 éléments capables de faire plus que par le passé, c’est-à-dire dépasser le stade des ¼ de finale, ce que le Gabon n’a jamais fait depuis 1996.


YAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs