Focus Oyem : La piste d’éléphant du canton Kié !

jeudi 22 septembre 2016 Société & environnement


Malgré les potentialités commerciales de la capitale provinciale du Woleu-Ntem, certaines routes d’Oyem comme celle menant au canton Kié s’apparentent à des pistes d’éléphants. Un véritable casse-tête pour les automobilistes !

L’accès aux villages environnants de la capitale provinciale du Woleu-Ntem pose encore problème ! A côté des belles bâtisses d’Oyem, la route du Canton Kié, (Ndlr : à quelques encablures de la capitale du septentrion), présente une apparence peu reluisante et digne des années pré-indépendance. Etroite et non bitumée, la route est presqu’impraticable en saison de pluie, tel est la dure réalité vécue par les résidents et natifs dudit canton. Du coup, les déplacements et l’approvisionnement relève véritablement de la croix et de la bannière. Un quotidien qui agace les autochtones. « Lorsque je regarde cette route, cela ne m’amène pas à avoir confiance aux politiques. Les mêmes réalités perdurent d’années en années et ceux qui sont censés travailler pour le bien-être des populations font l’inverse », s’indigne un ressortissant du canton. Pour ce dernier, l’espoir est mort.

La colline des défis
Dans la même foulée, à moins de 5 kilomètres d’Oyem centre, se dresse une colline difficilement praticable en saison de pluie. Et pour cause, la boue rend la montée difficile. Seuls les véhicules 4x4 peuvent affronter cette colline, et ce, au péril de leurs mécaniques. A bord d’un véhicule en direction de Mvelmecome, un village proche de la Guinée Equatoriale, notre reporteur a constaté de visu ces difficultés de mobilité dans la région. A ce propos sur cette colline, un tracteur de l’entreprise Olam sort de la mélasse de nombreux conducteurs. « C’est tout le temps comme cela », nous explique le chauffeur du véhicule à bord duquel nous sommes. Avec l’arrivée de la saison des pluies ce dernier craint que l’accès ne devienne encore plus difficile. « Que les autorités fassent leur travail plutôt que de tout le temps bourrer les populations des discours sans fondement social », conclut-il.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs