Focus Franceville : Nkumu, le plat phare de la gastronomie du Haut-Ogooué !

jeudi 23 novembre 2017 Culture & people


Presque impossible de quitter le Haut-Ogooué, particulièrement Franceville sans consommer le plat local le plus prisé : le Nkumu. Ce légume-feuille récolté en forêt constitue un aliment de base ou presque dans le Haut-Ogooué. Avant dernier numéro de cette série de reportage consacrée à Franceville.

De son nom scientifique « Gnetum africanum », légume (feuille), classé dans la catégorie des produits forestiers non ligneux (PFNL), le Nkumu, non seulement nourrit le plus grand nombre de familles à Franceville, mais constitue également une « industrie » altogovéenne voire un patrimoine ancestral.

« Ici à Franceville la cueillette et la consommation du Nkumu sont inscrites dans l’ADN des populations locales Obamba, Teke ou Ndumu », indique un habitant de Franceville. Du marché de Potos, épicentre des activités commerciales de la localité, il est impossible de passer deux étals sans apercevoir le Nkumu, soit déjà attaché dans des paquets, soit découpé et conditionné. A en croire la commerçante, maman Maguy, « il ya deux types de Nkumu, un plus fin, appelé en langue locale « Ondjè », et un autre plus épais ».

Coupé et préparé le Nkumu requiert une certaine technique séculaire. A Franceville, le Nkumu est d’une grande importance dans l’équilibre nutritionnel des populations. « On peut manger le Nkumu 6 jours sur 7 sans se lasser. C’est pour vous dire qu’ici on consomme cette feuille en grande quantité », fait remarquer Landry Kha. Pour s’en procurer, il faut débourser au minimum de 300 francs Cfa. Les prix des paquets de Nkumu peuvent grimper jusqu’à 1500 francs et plus. Un légume consommé à toutes les sauces : poisson fumé, viande fraiche, poule etc...

Plante interdépendante d’une petite liane sauvage, le Nkumu, d’après ses consommateurs, est d’une grande importance dans l’équilibre nutritionnel des populations. Indispensable dans le régime alimentaire, ces feuilles qui ne sont pas forcément tendres dans la bouche facilitent la digestion en plus d’apporter plusieurs vitamines.

Le Nkumu, un gagne-pain…

Récolté dans les forêts des localités comme Okondja, Leconi et aux environs de Masuku, le Nkumu est une source de revenu économique rentable pour les nombreuses familles rurales. De nombreuses commerçantes disent envoyer leurs enfants à l’école grâce à la vente de cette plante. Mieux, le Nkumu contribue bien à la valorisation de l’économie verte et à lutter contre la pauvreté au Gabon.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs