Finances publiques : Nouveaux paradigmes !

vendredi 20 octobre 2017 Economie


Francis N.Oubda, spécialiste en matière de politique sociale a présenté hier, jeudi 19 octobre courant, les nouveaux paradigmes de gestion publique. Des informations délivrées à la faveur d’un atelier de formation sur les finances publiques sensibles aux enfants, organisé du 17 au 20 octobre dernier à Libreville par la Direction Générale de la protection sociale, en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

Intervenant lors du séminaire de mise en œuvre du Plan de Travail Annuel 2017 du Programme de coopération Gabon-UNICEF, organisé à Libreville dans le cadre des renforcements de capacité sur les finances publiques sensibles aux enfants. Pour la circonstance, le spécialiste en Politique Sociale, Francis Oubda s’est appesanti sur les nouveaux paradigmes de gestion publique. « Aujourd’hui, les modes de gestion évoluent. Il y’a un nouveau paradigme en matière de gestion publique que le Gabon a même déjà adopté. Le budget programme est l’un des outils privilégié de la gestion axé sur les résultats », a-t-il déclaré.

Selon lui, en matière de gestion publique, l’accent est mis aujourd’hui sur l’efficacité et l’efficience des dépenses publiques. « On ne juge plus, on n’évalue plus les gestionnaires à travers le taux d’exécution des dépenses, mais à travers les résultats atteints dans l’exécution de ces dépenses. Même si vous exécutez ces dépenses convenablement et que les résultats ne sont pas obtenus cela pose un problème aujourd’hui, parce qu’on est dans une logique de gestion axée sur les résultats », précise t-il.

Le boost définit comme étant un outil développé par la banque mondiale pour mettre à la disposition des populations, l’information budgétaire en ligne, la traçabilité des dépenses publiques, la revue de des dépenses publiques, l’analyse budgétaire sensible aux enfants sont autant de sujet qui ont constitué la trame de l’exposé de Francis Oubda. Si l’Afrique du Sud et le Botswana consacraient plus 40% des dépenses publiques au secteur social en 2008, sur la même période, les dépenses sociales au Gabon sont restées relativement faibles depuis 2017. Pour ce qui est du rapport de l’analyse de la situation de l’enfant et la mère au Gabon effectué en 2017, seul 16% du budget total sont consacrés à l’enfance.

Le séminaire de formation sur les finances publiques sensibles aux enfants qui s’achève aujourd’hui, vendredi à l’Hôtel Palm d’Or de Libreville, vient donc à point nommé pour une prise en compte des faiblesses du système de protection de l’enfant, mais également un personnel outillé, capable de peser à la fois sur les priorités sociales et les budgets alloués à cet effet.


Pacôme IDYATHA

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs