Financements des PME/PMI : Partenariat en gestation entre Okoumé Capital et OSEG

vendredi 12 octobre 2018 Economie


La société de capital-investissement, dédiée aux PME/PMI du Gabon, Okoumé Capital, compte s’allier à l’association « Osons entreprendre Gabon », (OSEG) pour créer une plateforme de crowdfunding (Ndlr : financement participatif), destinée aux porteurs de projets et aux PME/PMI.

Le financement est le fer de lance du démarrage de toute activité économique. Au Gabon, de nombreux porteurs des projets et PME éprouvent malheureusement des difficultés à accéder aux fonds nécessaires pour développer leurs activités par manque d’engagement des banques nationales dans le soutien à l’entreprenariat. Soucieux de pallier cette difficulté, la société de capital-investissement dédiée aux PME/PMI du Gabon, Okoumé Capital et l’association « Osons entreprendre Gabon » (OSEG) vont s’associer pour mettre sur pied la plateforme Windol, en guise de réponse à la problématique du soutien des entrepreneurs en quête de fonds d’amorçage.

A destination des entrepreneurs de tous âges vivants sur le territoire national, Windol selon les promoteurs, souligne la volonté de s’ouvrir au monde et de se développer tout en gardant des racines bien ancrées en terre gabonaise. La plateforme de financement participatif combine dans son organisation sémantique deux horizons linguistiques (anglaise (win) et locale (dol)) pour en formaliser son sens. Windol a en effet, la vocation de lever des fonds pour servir les appétits financiers des porteurs des projets et autres sous forme de don. Selon les responsables d’Okoumé capital, elle représente le fer de lance d’un projet plus large ayant pour but d’implanter une véritable fintech au Gabon.

Ce projet se développera sur le long terme en trois temps : tout d’abord sous la forme d’une plateforme de financement participatif, puis par le biais de la création d’un établissement de microfinance et enfin en aboutissant à un établissement financier dédié aux PME/PMI, créés de concert avec les acteurs de l’écosystème décidés à voir éclore un véritable tissus économiques porté par des entrepreneurs gabonais. Mais, il faudra compter janvier 2019, pour voir la plateforme accueillir ses premières demandes de don.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs