Filière bois : Vers une exploitation rationnelle des forêts locales ?

jeudi 27 septembre 2018 Société & environnement


A l’horizon 2022, toutes les concessions forestières du Gabon devront être dotées de la certification environnementale du Forest Stewardship Council (FSC). C’est la promesse faite par le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, à l’occasion d’une visite à la Scierie de Rougier Gabon hier, mercredi 26 septembre à Ndjolé, dans la province du Moyen-Ogooué.

L’accroissement du volume de bois transformé au fil des années au Gabon est perçu comme une bonne chose. Pourtant, malgré ce volume, la production locale de bois n’arrive pas à se distinguer de la concurrence à l’internationale. « Dans une économie mondialisée et de plus en plus compétitive, nous devons trouver notre place. Nous sommes même contraints de nous distinguer (…) », a estimé le Président de la République, Ali Bongo Ondimba à l’occasion d’une visite à la scierie de Rougier Gabon à Ndjolé.

Pour y arriver et se donner les moyens de concurrencer les producteurs internationaux de bois, le Président de la République veut opter pour la qualité en instaurant le Label FSC car l’objectif est d’être parmi les premiers producteurs de bois transformé. « Notre ambition est de jouer dans la cour des grands, et pour ce faire, nous devons nous donner les moyennes d’y arriver », a-t-il ajouté. Ce label permettra une exploitation et gestion rationnelle des forêts locales.

« Le label FSC contribuera à améliorer l’attractivité de la filière bois auprès de potentiels investisseurs. Cette certification, qui aura aussi pour effet de stimuler la production locale et la création d’emplois, répondra à la demande croissante de produits de qualité sur les marchés internationaux », a déclaré le chef de l’Etat au cours de son allocution. Le FSC repose sur plusieurs principes tels que le respect des lois en vigueur dans le pays, des traités internationaux et des principes du FSC, la préservation de la biodiversité, des ressources en eau et des sols et enfin la planification du reboisement et des plantations. Autant des composantes qui participent à la durabilité des forêts.

Cette visite intervient au moment où une ONG, Conservation Justice, a accusé le gouvernement gabonais d’encourager le trafic de bois, et ce, malgré les plaidoyers du pays inhérents à la protection des forêts voire de l’environnement.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs