Filarioses, maladie tropicale qui sévit sous l’équateur

samedi 26 mars 2016 Santé


Maladie souvent négligée par le plus grand nombre, les filarioses sont, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, (OMS) une maladie causée par un ver rond appelé filaire. Ce dernier se présente souvent sous plusieurs formes : loase, filaire lymphatique et onchocercose.

Repérées le plus souvent dans les zones tropicales, les filarioses sont présentes au Gabon et pourraient constituer un problème de santé publique. Cette maladie qui touche de nombreuses personnes au sein de la population gabonaise, se transmet à l’homme généralement par des piqûres. L’agent vecteur de cette maladie n’est autre que le moustique qui transmet le filaire lymphatique et la mouche rouge du Gabon appelée communément « moucheron noir »qui, elle, transmet la loase et la simulie, l’onchocercose.

Cette maladie toucherait une grande partie de la population vivant en zone rurale souvent en contact avec la nature. Sa prolifération est accentuée par la forêt qui est un abri favorable aux insectes vecteurs de la maladie.

Les filarioses se manifestent souvent par des démangeaisons, une migration d’un ver adulte sur la peau ou dans l’œil pour les loases. Aussi, l’on peut constater la présence d’ œdèmes sur les avant-bras, sur les mains et le visage, d’hémorragies de la paupière, de gale filarienne et une dépigmentation de la peau.

Le ministère de la Santé en partenariat avec l’OMS a initié en 2014 un programme de lutte contre les maladies parasitaires. Ils ont ensemble élaboré des campagnes de sensibilisation en initiant des traitements de masse des populations. Aussi, des mesures de lutte anti-vectorielle comme le désherbage des quartiers, l’utilisation des moustiquaires imprégnées, l’utilisation de répulsifs et la pulvérisation domiciliaire, ont été adoptées.

Il est conseillé aux populations exposées au risque de piqûres de porter des vêtements appropriés, c’est-à-dire des pantalons et chaussures couvrant les membres inférieurs. Il leur est également conseillé, après avoir constaté les symptômes précédemment cités, de faire des examens de sang, de peau et de l’œil qui permettront de confirmer la maladie afin que le traitement approprié leur soit administré.


MI

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs