Fêtes de fin d\’année : La déception des commerçants

lundi 4 janvier 2016 Economie


Le temps des grands bénéfices pour les commerçants, en période de fin d\’années, semble être bien lointain au Gabon. La fête de la Saint Sylvestre a été une énième preuve de la crise économique que traverse le pays. Bon nombre de commerçants de la capitale n\’ont réalisé de bon chiffre d\’affaires.

La période allant du 24 au 31 décembre, est souvent réputée être pour les commerçants, du moins ceux de la capitale gabonaise, celle des "bonnes affaires". Celle où l'activité commerciale enregistre son pic de vente le plus élevé. Normal, les fêtes de Noël et de fin d'année donnent souvent lieu à de "folles dépenses".

Toutefois, cette année, le constat est bien différent. Le bilan n'est pas aussi satisfaisant qu'avant. Cette fin d'année 2015, de nombreux commerçants, (vendeurs de vêtements, d'aliments, de produits de consommation et d'autres accessoires souvent prisés en cette période de fête de fin d'année) ont été déçus. Les affaires n'ont pas marché. Une situation résultant de la crise économique liée à la chute du prix du baril de pétrole.

"Cette année a été difficile. On ne peut pas dire qu'on n'a pas vendu, ce serait mentir mais cela ne s'est pas passé aussi bien que l'an dernier", estime Sadio un vendeur de vêtement rencontré au marché Mont-Bouët. Même son de cloche pour Sala, une vendeuse béninoise d'aliments au détail. Selon elle, "contrairement au vendeur de vêtements, la clientèle a acheté plus de vivres qu'autre chose ". "Mais ce n'était pas pareil que l'an dernier où les bénéfices étaient importants", nuance t-elle.

Le même scepticisme était quasiment visible chez l'ensemble des commerçants rencontrés dans le grand marché Mont-Bouët. L'affluence y était. La clientèle s'est dirigée vers le marché pour faire des achats divers et préparer à la mesure de leurs moyens les fêtes mais c'était à un rythme moins soutenu que l'an passé où en cette période de fête, les commerçants se frottaient les mains tant les bénéfices engrangés étaient importants.

Toutefois, il convient de souligner que commerçants de jouets, d'aliments et de boissons ont tout de même écoulé leurs marchandises. Sans complaisance, le propriétaire d'un débit de boisson situé au Pk9 nous a révélé qu'il a réalisé pendant la transition du 31 au 1 janvier 2016 (soit en quelques 6 heures de temps), 477 000 francs CFA de vente de boisson. Une vente importante selon lui puisque sa recette quotidienne oscille entre 40.000 et 60.000 francs CFA. Malgré l'euphorie des fêtes, il ressort que les dommages collatéraux de la crise financière continuent à se faire ressentir.


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs