Fermeture des nids de poules : Un foutage de gueule !

mercredi 3 février 2016 Société & environnement


La majorité des tronçons routiers de la ville de Libreville sont actuellement en piteux états avec l’apparition des nids de poules qui rendent la circulation difficile.

En dehors du centre-ville, le reste des artères périphériques, dont les quartiers Nzeng-Ayong, Sibang, Nkembo, cocotier, les pks, les Akébés, Mindoubés..., sont remplis de nids de poules ou de crevasses, rendant la circulation moins fluide et créant ainsi le phénomène d’embouteillages.

Pourquoi ce phénomène de nids de poules persistants ?

D’après de nombreux témoignages, l’apparition et la persistance des nids de poules est due au mauvais travail des prestataires retenus pour accomplir le bitumage des routes. Car si ces derniers faisaient correctement leur travail on constaterait moins ce genre de phénomène. Le bitume n’est pas assez épais ce qui le rend moins résistant, et sa composition laisse des doutes. Sinon pourquoi à peine les nids de poules fermés, il faut au moins 2 semaines pour que ces derniers se dégradent encore. Et l’eau des crues abondantes , ne fait que venir accentuer ce phénomène de crevasse. Car lorsque les caniveaux sont bouchés et qu’ils ne sont pas curés, l’eau, provenant de la pluie où des tuyaux percés, est obligée de se frayer un chemin de manière régulière, détruisant ainsi le bitume.

Les autorités, prônant la lutte contre la pauvreté et qui ont inscrit l’aménagement des voies comme l’une de leurs actions prioritaires, doivent porter un regard réfléchi sur ce problème qui prend de plus en plus d’ampleur.


AEL

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs