FEGAFOOT : Gisèle Okone Ebanega dénonce des flagrantes irrégularités !

jeudi 15 mars 2018 Sport


Selon Gisèle Okome Ebanega, conseiller juridique du président sortant de la Fédération Gabonaise de Football (FEGAFOOT), Pierre Alain Mounguengui, le congrès extraordinaire en vue de l’élection du 31 mars prochain a été entaché de plusieurs irrégularités. Pour elle, la commission électorale et la commission des recours respectivement présidées respectivement par Stéphane Mendeme et Elie Nazaire Obiang Bekalé sont illégales.

Ayant participé à toiletter les statuts et élaborer les textes quasi-inexistants à la FEGAFOOT, notamment le code électoral, disciplinaire, d’éthique, les règlements généraux et intérieurs, pendant la normalisation, (2013-2014), Gisèle Okome Ebanega soutient que les récentes commissions électorales mises en place et les recours sont en porte à faux avec les textes. D’après elle, l’ordre du jour était intitulé « l’élection des membres de la commission électorale et de la commission des recours », grande a été sa surprise de découvrir, à l’intérieur des chemises distribuées aux congressistes la composition des dites commissions.

« La réalité est que les membres de ces deux commissions étaient connu d’avance et que l’élection n’avait plus lieu d’être. En d’autres termes nous assistions non pas à une élection, mais plutôt à des nominations ou cooptations » a-t-elle indiqué à nos confrères de Gabon All Sports. Pour cette juriste de formation, en matière d’élection, c’est le code électoral qui s’applique (article 2 de ce même code). Il précise aussi en son article 3 que les principes démocratiques doivent être respectés tout comme ceux de la séparation des pouvoirs et de la transparence. L’article 5 du même texte, précise que les membres des commissions électorales et des recours sont élus. Les articles 17, 18, 19 traitent des élections, des bulletins de vote et de l’urne.

Il est clairement indiqué que les élections doivent se faire à bulletin secret. L’exigence des bulletins de vote, d’une urne et d’un isoloir y est inscrite en lettre d’or, ce qui n’a pas été respecté. « Je suis pour le respect des textes. J’invite le comité exécutif de la FEGAFOOT à ne pas s’ériger davantage en tortionnaire de la légalité. Je suis vraiment choquée car je réalise que ce que nous avons abattu pendant le comité de normalisation avec le président Ndoumbou, en élaborant un socle juridique sur lequel pouvait se reposer le football gabonais, est foulé au pied », a-t-elle a ajouté


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs