Fégaboxe : Les membres du bureau directeur portent plainte contre Mboumba Ibinda pour allégations mensongères contre Clément Sossa Simawango

vendredi 13 novembre 2015 Sport


Suite à la campagne de dénigrement animée par l’ancien vice-président suspendu de la Fédération gabonaise de boxe, Jean Maurice Mboumba Ibinda, contre son président Clément Sossa Simawango, le secrétaire général et plusieurs membres du bureau directeur ont décidé d’ester en justice leur ancien collaborateur pour allégation mensongère.

Le bureau directeur de la Fégaboxe représenté par le secrétaire général Achille Nziengui, le 5e vice-président Mme Moctar Ibondou, le conseiller Mavoungou dit ‘’Américain’’ qui a battu en brèche les accusations de leur ancien collaborateur Jean Maurice Mboumba Ibinda contre le président fédéral de la Fégaboxe lors d’un point de presse jeudi 12 novembre 2015 a décidé d’ester en justice, l’auteur de ces allégations pour propos mensongers.

Consécutif au point de presse co-organisé par Jean Maurice Mboumba Ibinda et Nguema Assa Louis Raymond le 7 novembre 2015, le bureau directeur de la Fédération gabonaise de boxe a donc tenu à répondre aux propos diffamatoires avancés par les anciens membres, sur la nationalité du président fédéral Clément Sossa Simawango, les détournements à son actif et des divisions orchestrés au sein de l’entité sportive ajouté à des problèmes de mœurs.

« (…) Cette fâcheuse tendance à diaboliser le président de la Fédération gabonaise de boxe, nous oblige à dire trop c’est trop…Pour ce faire, le point de presse de ce jour, va dans le sens de clarifier non seulement cet escalade de propos rébarbatifs et déjà entendus dont sont tributaires leurs auteurs, mais aussi de battre en brèche définitivement des comportements déviants portant atteinte à l’honneur et à l’intégralité physique d’un compatriote qui a librement choisi de participer à l’éclosion d’une élite sportive dans notre pays », a déclaré d’entrée le secrétaire général de la Fégaboxe

« Comme plusieurs personnes le savent, monsieur Sossa Simawango Clément, n’a jamais nié sa bi-culturalité. Son père est bel et bien gabonais, paix à son âme et sa mère béninoise. D’ailleurs, l’histoire rocambolesque montée de toutes pièces sur la nationalité douteuse de sieur Clément Sossa Simawango a résulté sur un avis de classement, délivré par le parquet de la République en 200, pour des faits inopportuns et non avérés car il n’existe pas d’infraction à la lumière des enquêtes effectuées par les officiers de police judiciaires(…)

Concernant l’établissement des pièces d’Etat civil et l’octroi de la nationalité gabonaise aux sportifs étrangers. Le bureau directeur a précisé que monsieur Sossa n’a jamais entrepris des démarches dans ce sens car il n’est ni officier d’état civil ni président du tribunal et encore moins directeur du service des passeports et a appelé monsieur Mboumba Imbinda et son complice à apporter des preuves de leurs accusations.

 S’agissant de la somme de trois cent quatre-vingt millions (380.000.000 FCFA) qu’aurait détourné le président Sossa à l’issue du championnat du monde disputé par Taylor Mabika, pour Achille Nziengui et ses collaborateurs, les déclarations à ce sujet n’engagent que leurs auteurs qui sèment la confusion dans la conscience collective sans preuves aucunes. Parlant des vingt millions de franc CFA versés par la société événementielle Yoka, le bureau directeur reconnaît avoir perçu cet argent via la trésorière générale, résultat de la signature d’un contrat avec cette structure en présence des autorités du ministère des Sports.

 Par ailleurs, selon Achille Nziengui, « Jean Maurice Mboumba Ibinda était la personne chargée de la répartition de cette somme entre les membres qui s’étaient déployés pour la réussite de ce championnat et avait reçu 700.000 franc alors que le reste des membres en avaient eu 500.000 franc CFA. Au sujet de 25 millions de francs de l’Etat gabonais détournés, Mboumba Ibinda devra demander à Nguema Assa Louis Raymond, son colistier de circonstance de se justifier sur ladite somme car c’est lui qui l’avait encaissé et l’avait utilisé à sa guise alors qu’elle était destinée à une compétition. Ce qui lui d’ailleurs valu sa suspension à la Fégaboxe. »

Accusant monsieur Sossa d’avoir perçu du comité Olympique gabonais un chèque de 3.200.000 francs CFA suite à la victoire de Taylor Mabika devant Tyler Seever des Etats-Unis, le bureau directeur appelle quiconque a vérifier les faits auprès de Léon Louis Folquet, président du Comité National Olympique Gabonais (CNOG) .

Jean Maurice Mboumba Ibinda stipule également que trois jeunes boxeuses, auraient subi une agression sexuelle de la part du président de la Fégaboxe. Cependant pour deux d’entre elles, une instruction judiciaire avait été initiée par la brigade anticriminelle de la DGR. Après déferrement, le juge avait prononcé un non-lieu en faveur du président Sossa. Quant à la troisième plaignante, Clément Sossa s’étonne qu’elle ait été citée dans une telle affaire, car cette dernière, bien qu’ayant fait partie du monde de la boxe, l’accusé ne la connait même pas.

La question qui se pose est que gagnent Jean Maurice Mboumba Ibinda et son colistier Nguema Assa Louis Raymond en diabolisant leur ancien supérieur hiérarchique ?

Par ailleurs, pour tenter de mettre fin à cette campagne de dénigrement, Achille Nziengui et plusieurs autres membres du bureau directeur de la Fégaboxe ont décidé de transmettre ce dossier à Maitre Missou Eli, avocat à la cour, afin d’initier une action en justice contre monsieur Mboumba Ibinda Jean Maurice.


PIN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs