Face au peu d’empressement aux guichets des veuves et veufs bénéficiaires d’allocations : la Cnamgs attend en s’interrogeant

lundi 22 février 2016 Société & environnement


En dépit de tous les efforts consentis en matière de communication et de respect de son cahier des charges, la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs), se trouve encore hélas confrontée à des difficultés qui ne sont pas forcément inhérentes à ses conditions d’organisation. Elle en est à déplorer que de nombreux compatriotes, veuves et veufs ne se pressent pas pour venir bénéficier de leurs droits concernant l’allocation annuelle.

Aux yeux du commun des mortels, les interrogations des responsables de la Cnamgs qui se demandent pourquoi il n’y a jusqu’à cette heure que très peu d’affluence aux guichets prévus à cet effet, alors qu’ils pensaient l’information avoir suffisamment circulé, ne sont pas fondées, si elles ne résident pas simplement dans les difficultés de communication que connaissent encore les gabonais en dépit des déclarations des autorités qui décernent plutôt des lauriers au pays et au gouvernement en la matière.

 Qu’à cela ne tienne, la Cnamgs s’attèle à répondre à la question de savoir qu’est- ce qui explique le peu d’empressement des veuves et veufs à venir entrer en possession de leur allocation annuelle versée par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale, alors que l’opération a débuté voici plus d’une semaine.

 Des pistes sont explorées, ce sont par exemple celles qui consistent à se demander si ce retard ne provient pas du manque d’informations ou des difficultés pour se déplacer. Surprenant lorsqu’il s’agit dans le lot des retardataires de ceux des compatriotes résidant à Libreville, la capitale, quand on sait la multiplication de canaux, l’importance de la rumeur, nous allions dire du « kongossa », considéré chez nous comme le bouche- à-oreille et l’envie qui habite tout un chacun chez les citadins de savoir qu’en est- il de ses droits.

 Ce ne sont pas en tout cas, les nombreux badauds accourus au siège de la Cnamgs le 8 février dernier pour s’enquérir du processus d’attribution de ces allocations, qui nous démentiront. Cette opération qui vise à apporter un peu d’oxygène aux personnes précaires et vulnérables en leur permettant d’accéder aux produits de première nécessité, se poursuivra jusqu’au 4 mars prochain. La distribution des titres de paiement se fait au siège de la Cnamgs, par arrondissement, et en respectant l’ordre alphabétique des noms des bénéficiaires pour la petite information.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs