Etat de santé d’Ali Bongo Ondimba : La convalescence et les inquiétudes…

lundi 10 décembre 2018 Politique


Transféré depuis fin novembre dernier à Rabat au Maroc pour y poursuivre sa convalescence, après un mois d’hospitalisation en Arabie Saoudite, Ali Bongo Ondimba a finalement donné des signes de vie, alors que plusieurs rumeurs le donnaient pour mort. Deux vidéos publiées par la présidence de la république le montre d’abord en conversation avec le Roi du Maroc, Mohammed VI, enfin avec une délégation d’ officiels gabonais. Malgré toutes ces preuves de vie convaincantes, nombreux se demandent si le Chef de l’Etat sera toujours en capacité de diriger le pays.

Ali Bongo Ondimba est-il ou sera-t-il encore en capacité physique et intellectuelle de continuer à diriger le Gabon au terme de sa convalescence ? Voilà la question que se posent désormais nombreux de ses compatriotes, alors que le Président de la République est depuis le 24 octobre dernier à l’étranger après avoir subi une opération de la tête pour une maladie qui reste jusqu’ici inconnue. Oui, "inconnue", c’est l’adjectif qu’il convient d’employer désormais tant les versions des pathologies qui affectent le Chef de l’Etat changent au gré des besoins de la communication présidentielle. Surtout qu’après avoir admis une « fatigue légère » due à une intense activité diplomatique, le porte-parole de la présidence de la république, Ike Ngouoni a fini par reconnaître une « fatigue sévère ». Des contradictions très vite démenties par la presse internationale, notamment La Lettre du continent qui, disposant d’informateurs au sein même du palais a fini par révéler que le président avait été opéré suite à un accident vasculaire cérébral.

Des vidéos et des doutes…

Dans la première vidéo qui met en scène Ali Bongo et le Roi Mohammed VI, on voit le premier magistrat gabonais boire un verre de lait avec sa main gauche, alors même que le verre se situe à sa droite. Dans la deuxième qui le montre avec le premier ministre, Emmanuel Issoze-Nondet, le vice-président de la république, Pierre Claver Maganga Moussavou et la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, tous les signes d’Ali Bongo ne sont exécutés qu’avec sa main gauche. Voilà des détails peut-être anodins, nous répondra-t-on du côté du palais du bord de mer, mais qui jettent un trouble, y compris même au sein du sérail quant aux facultés physiques et intellectuelles du président à tenir encore les cinq prochaines années de son mandat à la tête du Gabon. Il faut dire que l’hypothèse d’une paralysie du Chef de l’Etat est évoquée aussi bien dans les rangs de l’opposition que dans la majorité.

Invité de l’émission "Controverse" de radio Gabon, Guy Christian Mavioga, Secrétaire exécutif du Bloc Démocratique Chrétien (BDC), parti de la majorité, a même dit qu’il ne serait pas, gêné de voir Ali Bongo rentrer sur une chaise roulante. Une façon d’admettre une éventuelle paralysie du président qui, même s’il était réduit comme Bouteflika, ne pourrait pas s’empêcher de terminer son mandat puisque l’exemple qui, dit-on, marche en Algérie n’aura aucun problème à marcher ici. Et c’est d’ailleurs sur cette éventualité d’une paralysie du président de la république que l’opposition, Jean Ping en première ligne table en espérant une possible vacance du pouvoir qui lui donnerait la chance d’accéder aux affaires.

Autant dire que si les preuves de vie d’Ali Bongo ont bel et bien été fournies, la grande inconnue reste désormais sa capacité à gérer le pays, et la première épreuve de cette capacité est bien évidemment le discours à la nation du 31 décembre qui n’est plus qu’à quelques jours seulement. Le compte à rebours est lancé.


Leno KOLEBA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs