Etat de santé d’ABO : Guy Christian Mavioga fustige les railleries en cours !

jeudi 1er novembre 2018 Société & environnement


La dégradation supposée de l’état de santé du Président de la République, (Ndlr : vu qu’un flou artistique règne actuellement sur la question), Ali Bongo Ondimba fait grand bruit au Gabon et à l’international. Pour le Secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC), Guy Christian Mavioga, cette polémique « est la preuve manifeste de nos échecs dans nos politiques publiques en matière d’éducation populaire et de civisme ».

Le Gabon a-t-il échoué à mettre en place une politique d’éducation populaire ? Il semblerait que oui ! En atteste la multitude de supputations inhérentes à l’état de santé du Président de la République, Ali Bongo Ondimba, hospitalisé à l’étranger. La santé de la première personnalité du pays donne désormais lieu à des railleries voire de cynisme sur la toile, particulièrement sur Facebook, et ce, au mépris, selon le Secrétaire du BDC, Guy Christina Mavioga, du « respect du prochain ». « Ce comportement est très loin de nos civilisations, très loin de nos valeurs Bantu, de nos valeurs gabonaises », a-t-il fustigé au cours de la conférence de presse tenue hier mercredi 31 octobre à son siège sise à la zone industrielle d’Oloumie.

Pour ce politico-chrétien, ce phénomène de railleries cache un malaise national, accentué par l’inexistence ou inefficacité des politiques publiques en matière d’éducation populaire. « Le comportement des gabonais qui se réjouissent de la situation actuelle d’Ali Bongo Ondimba est la preuve manifeste de nos échecs dans nos politiques publiques en matière d’éducation populaire et de civisme », déplore-t-il.
Ce comportement met en péril « le respect des institutions et du bien commun ». Mais que l’on aime Ali Bongo Ondimba ou pas, il apparaît, selon Guy Christian Mavioga un devoir quasi infaillible : celui de l’amour pour l’autre. « Soyons miséricordieux, artisans de paix et prions pour notre pays », conclu-t-il tout en invitant les Gabonais à chasser « l’esprit de haine » qui les anime.


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs