ESS Gabon : L’ONEP dépose un préavis de grève en soutien aux 392 employés désemparés…

mercredi 29 novembre 2017 Economie


Trois cent quatre-vingt-douze employés de la société ESS Gabon, affiliés à l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) sont dans le désarroi. En effet, ils ne savent pas à quelle sauce ils seront mangés, depuis l’annonce du départ du Gabon du Groupe Compass, maison mère de la société. Pour les soutenir, l’Onep vient de déposer un préavis de grève de huit jours pour interpeller les autorités sur la situation de détresse de ces employés.

L’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) avec derrière elle, 392 employés de la société de service ESS Gabon implantée dans la ville de Gamba, observe depuis quelques jours, un mouvement d’humeur pour revendiquer le paiement des droits légaux des employés de cette société en passe de mettre la clé sous le paillasson.
Après un premier préavis de grève déposé le 14 novembre dernier auprès de la Direction générale de l’entreprise, resté sans suite, l’Onep rebelote avec un autre de huit jours reconductibles, selon ses termes si aucune solution n’est trouvée. La démarche de l’Onep s’inscrit dans une logique de « recherche de solutions pouvant satisfaire les attentes légitimes des travailleurs de ESS Gabon ».

Une démarche cependant à l’opposé de la posture de l’entreprise qui, «  plutôt que d’œuvrer avec le syndicat en vue d’une sortie de crise, s’illustre selon l’Onep, par l’assignation de l’Organisation en référé d’heure à heure aux fins de déclaration en grève  ». Un mutisme alimenté par le Groupe Compass et Assala Energy qui ne fait que rendre « la situation préoccupante » d’autant que selon l’Organisation, ces deux principaux acteurs peuvent favoriser un dénouement rapide et heureux de cette crise. C’est donc sur la base de l’échec des premières actions que l’Onep lance son mouvement de grève qui sera renouvelé dans toutes les installations où opère ESS Gabon si aucune solution n’est trouvée.

Revendications ?

Selon l’Onep, les 392 employés concernés ne réclament rien d’autre que le paiement intégral de leurs droits. Le syndicat des pétroliers invitent dans un délai de 15 jours, à la mise en place d’un bureau composé des responsables de l’entreprise et des employés pour gérer la séparation ( Comité permanent de concertation économique et sociale (CPCES)), la signature d’une convention d’entreprise dans un délai de 30 jours, la prise en charge des délégués du personnel et des délégués syndicaux lors des missions de délégation, la mise en place d’un calendrier prévisionnel des réunions réglementaires mensuelles entre les deux parties sur six mois et le remboursement des sommes prélevées depuis décembre 2013 sur les primes et gratifications, le versement d’une indemnité de bonne séparation entre ESS Gabon et ses employés à la fin du mois de mai 2018, à hauteur de trente mois de salaire brut, net d’impôt, pour toutes les catégories socioprofessionnelles.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs