Espace PME/Joris Loyce Olympio : « Il faut casser les codes de la communication »

lundi 27 mars 2017 Economie


Quel outil de communication adopter pour la valorisation de son produit ? Comment minimiser les coûts de promotion ? Enfin, quel est le meilleur moyen pour la diffusion de son message ? Pour Joris Loyce Olympio, panéliste de l’atelier sur les « Outils de communication à petit prix pour les petites entreprises » tenue le week-end écoulé au siège du ministère des PME, il n’existe en réalité pas de modèles conventionnels typiques de politique de promotion. Le choix d’un outil tout comme d’un moyen ou du canal de transmission de son message publicitaire est dépendant des disponibilités financière et des objectifs visés.

Elles sont nombreuses, les TPE, PME et Startup qui, dès leur création éprouvent le besoin de se faire connaître et légitimer leur positionnement sur le marché sur lequel les majors se taillent la part belle de la clientèle. Face à la robustesse financière que nécessite une stratégie de promotion, la question financière s’impose comme un obstacle. Comment alors y procéder pour parvenir à ses fins de communication ?

Pour Joris Loyce Olympio, panéliste de l’atelier sur les « Outils de communication à petit prix pour les petites entreprises », organisé au ministère des PME dans le cadre des rencontres hebdomadaires dédié à l’Espace PME, il est presque facile de contourner la difficulté des fonds lorsqu’on rentre à peine dans un marché ou environnement économique. La réponse se trouve dans l’usage pour ses besoins de publicité, des nouveaux moyens de communication. Dans un environnement mondial bouleversé par le numérique (Internet et les réseaux sociaux), associé au besoin de rompre avec les modèles de communication classique Pour Joris Loyce Olympio, il est important « de chercher des moyens qui ne perturbent pas trop leur trésorerie ». Cette démarche novatrice est d’autant plus valable pour la grande entreprise puisque comme la TPE ou PME, cette dernière cherche souvent, à son niveau à minimiser ses coûts de communication.

Rompre avec l’approche classique

Les flyers, la radio, les encarts publicitaires, la publicité audiovisuelle, les affiches, publireportage, publirédactionnel…, souvent prisés par les entreprises dans un monde médiatique en mutation ne peuvent à eux seules et aujourd’hui faire l’affaire des campagnes de promotion. En effet, le champ des perspectives en termes de moyens de promotion ouvre, avec la libéralisation d’Internet, la voie à d’autres canaux comme les réseaux sociaux (Facebook et YouTube par exemple) et la publicité en ligne dont le retour peut être conséquent et à moindre coût.

Devant la gravité des anomalies constatées dans certaines approches stratégiques de communication et conscient de l’emprise des moyens innovants dans la séduction des prospects et les retombés que cela induit sur la vente du produit ou service, cela ne fait plus aucun doute qu’un choix entre l’approche classique de communication, basée sur les moyens de communication classique et les nouvelles méthodes plus flexibles et moins coûteuses s’impose. «  On n’est dans une nouvelle ère, celle du numérique, d’Internet et des réseaux sociaux et on connait très bien ce que cette ère est très puissante en termes de communication. Si cela est bien géré on peut avoir des moyens de communication à moindre coût (…) et plus efficaces que les moyens traditionnels très consommateur de budget et où, on avait du mal à quantifié le retour réel que cela produisait. On est sur des nouvelles techniques aujourd’hui où le contrôle est beaucoup plus optimiser pour l’opérateur économique  », fait remarquer le spécialiste.

Ajoutant, « je constate qu’en général, on fait des choses très classiques. Ce sont des habitudes qu’on a depuis des décennies parfois, qu’on ne change pas et on ne questionne pas assez sur l’innovation que nous permettent aujourd’hui d’avoir les nouveaux moyens. J’encourage les entreprises à innover un peu plus sur des choses beaucoup plus originales ».

Règle d’or ?

Pour le panéliste, aucune règle d’or faisant la promotion d’un moyen de communication à priori adaptable à toute campagne de communication n’existe. L’enjeu le plus immédiat et souvent conseillée est de bien définir son mix marketing (produit, prix, communication et distribution). De cette définition doit alors s’en suivre le déploiement de sa stratégie marketing et un regard sur les retombés en termes de nouveaux clients et d’action d’achat. Il faut, suggère le spécialiste faire des tests pour trouver le moyen adapté à sa cible et son projet de campagne marketing. « Il n’existe pas de moyens dédiés. Les entreprises doivent savoir trouver les moyens qui leurs rapportent le plus en terme de retour sur investissement. Il n’y a pas de règle en la matière. La règle est que lorsque je fais des investissement, je dois en gagner plus que ce que j’ai dépensé », conseille le conférencier du jour.


Michaël Moukouangui Moukala

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs