Environnement : Léconi, une ville menacée par l’avancée d’un canyon !

lundi 22 mai 2017 Société & environnement


Située dans le nord-est de la province du Haut-Ogooué, près de la frontière congolaise, la ville de Léconi, chef-lieu du département des plateaux, est désormais menacée par un canyon qui risque de la couper en deux parties au nord. La route également menacée est devenue tellement critique au point qu’aucun véhicule n’ose plus la traverser, pas même les camions containers de l’usine ANDZA, restée condamnée de l’autre côté du canyon. Le tout sous les yeux indifférents des maires, sénateurs, députés de la région. Bref de l’ensemble des élus du Parti démocratique gabonais au pouvoir et largement majoritaires dans cette contrée.

C’est une ville, pour ne pas dire un grand village, qui est désormais coupée en deux par l’avancée dangereuse d’un canyon menaçant la seule route qui la traverse. Pour ceux qui connaissent bien la localité, l’éboulement se situe au nord, tout juste au niveau des installations techniques de la maison de téléphonie mobile, Moov, à quelques 300 mètres seulement de l’usine de fabrication de l’eau ANDZA. Laquelle usine est désormais condamnée de l’autre côté de la route et dont les containers n’y ont plus accès, puisque la route, taillée de toutes parts par l’avancée dangereuse des éboulements, menace déjà de céder.

Ce qui fait qu’aucun automobiliste n’ose plus y passer, sauf pour ceux qui veulent s’y suicider. Et au rythme où avance l’érosion, ce sont la mairie, l’église catholique Saint Michel, la maison de la radio, qui seront les premières victimes, parce que situées non loin de la trajectoire de la crevasse. Suivront alors les quartiers environnants. Bref, c’est désormais tout le chef-lieu du département des plateaux qui est menacé de rupture si l’on y prend garde.

Une ville abandonnée aux canyons

Avec ses constructions artisanales (Ndlr : communément appelées tôle en haut, tôle en bas), ses rues sablonneuses envahies par des hautes herbes, rien à voir avec une ville moderne, Léconi qui, faut-il le rappeler est cernée de tous les côtés par trois canyons. Un au sud-est derrière le Trésor public et les installations de Gabon Télécom, un autre au centre derrière le collège d’enseignement secondaire (CES KAKOGHO) et le nouveau qui menace déjà de couper la ville au nord-est.

Un décor inquiétant mais qui, ne semble pas émouvoir l’ensemble des cadres du PDG qui dirigent la ville depuis des décennies, alors que la pauvreté et la misère y battent leur plein. Notamment avec des voiries dont les travaux commencés par l’ancienne mairesse ont très vite été abandonnés par elle-même, avant d’être récompensée quelques mois après comme présidente du conseil d’administration de la Société gabonaise d’entreposage des produits pétroliers.

Pour rappel, au début des années 2000, le canyon du centre avait emporté avec lui nombre d’édifices, y compris les bureaux et le logement de l’inspecteur pédagogique. Peut-être faudrait-il encore attendre que celui-ci ait causé, lui aussi plus de dégâts pour voir enfin les décideurs se réveiller tels des médecins après la mort. Ce qui semble bien grave pour une ville de plus de dix mille habitants, manquant même de boulangerie depuis des années, car étant ravitaillée quotidiennement en pains par les boulangeries d’Akiéni, Ngouoni et Bongoville.

Voilà bien qui donne raison aux populations désabusées, et désormais convaincues que leur ville ou grand village est bien le parent pauvre d’une province réputée à tort ou à raison comme la plus prospère du Gabon. Mais où les inégalités entre villes restent accentuées, selon qu’on soit dans une ville proche du pouvoir ou non. Là où le PDG gère sans commune mesure, la mairie, le conseil départemental, les sièges de l’assemblée nationale et du sénat, dans l’indifférence totale de la décrépitude de la localité.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs