Environnement : Clap de fin pour la COP 22

samedi 19 novembre 2016 Société & environnement


Quel engagement pour les années à venir pour le climat ? La 22e Conférence des parties sur le climat, organisée du 7 au 18 novembre à Marrakech, au Maroc s’est soldée par un « engagement politique maximal pour lutter contre le changement climatique ».

Total consensus à Marrakech après près de deux semaines de débats autour de la question du réchauffement climatique et des méthodes et moyens pour y faire face. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, le monde parvient enfin à s’accorder sur les modalités à mettre en œuvre pour protéger l’environnement d’un désastre à l’échelle planétaire. A la clôture de la 22e Conférence des Parties sur le climat (COP 22), les chefs d’Etat, gouvernements et délégations présents ont appelés à maximiser les engagements politiques pour lutter contre le changement climatique, « priorité urgente » des Etats.

« Cette année, estime le document final des parties prenantes, nous avons assisté à un élan extraordinaire en matière de lutte contre les changements climatiques, partout dans le monde, ainsi que dans de nombreux fora multilatéraux. Cet élan est irréversible, il est guidé non seulement par les gouvernements, mais également par la science, par le monde des entreprises ainsi que par une action mondiale de tous types et à tous niveaux. » Il faut le pérenniser.

Les parties prenantes à la conférence de Marrakech axée sur le temps de l’action appellent à la vigilance, au renforcement de la coopération dans ce sens et à l’augmentation des financements, des flux et de leur accès, conjointement avec une amélioration de la capacité et de la technologie. Cette résolution mondiale est « un signal de changement vers une nouvelle ère de mise en œuvre de l’Accord de Paris. Celui de réduire à 2°, les émissions de gaz à effet de serre dans le monde pour sauvegarder l’environnement pour les générations futures ».

100 milliards de dollars de contribution par an

Pour converger vers cette ambition, 100 milliards de dollars seront chaque année mobilisés par les pays développés pour soutenir l’action mondiale contre le réchauffement climatique. Mais des craintes quant à la garantie de ce financement font surface. L’élection de Donald Trump, notoire climato-sceptique, en tant que président des Etats-Unis jette le doute sur l’avenir de cet accord. Le monde a quand même confiance malgré les positions de l’homme sur la question.

A ce stade de l’évolution de l’accord, 111 pays ont déjà ratifié l’accord. C’est un bon tournant car « il est rare que tant de pays s’unissent pour faire une telle déclaration publique  ». Pour un observateur dans les négociations, « cela montre le consensus général sur le climat et la détermination des dirigeants mondiaux à ne pas laisser l’élection de Donald Trump prendre en otage le travail accompli pour préserver l’avenir de la planète ».


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs