Enseignement supérieur : Le Syndicat des enseignants et chercheurs en colère

vendredi 14 février 2014 Société & environnement


Au cours d\’un point de presse mardi 11 février à Libreville, le Syndicat national des enseignants et chercheurs (Snec) a menacé d’entrer en grève \"illimitée\" pour s\’insurger contre la décision du gouvernement d\’autoriser les enseignants vacataires à bénéficier de la Prime d\’incitation à la recherche (Pir) et à s\’inscrire sur les listes d\’aptitude au concours du CAMES, uniquement réservé aux enseignants employés par le ministère de l\’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">Remontés par ce qu\’ils ont
qualifié de pratiques de mauvais goût et contraires à la loi, les membres du Syndicat
national des enseignants-chercheurs (Snec) ont exprimé mardi 11 février face à
la presse, leur mécontentement pour s\’insurger contre le fait que le gouvernement
serait sur le point d\’accorder certains privilèges aux enseignants vacataires de
l’Université des Sciences de la Santé (USS) et des grandes écoles gabonaises.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">Les membres du Snec ont voulu
attirer l\’attention du nouveau Premier ministre, mais surtout couper court aux
idées entretenues par les enseignants vacataires de l’USS et des grandes écoles
qui soutiennent qu\’ils devraient bénéficier des mêmes avantages que leurs collègues
enseignants-chercheurs, sous prétexte qu\’ils disposent des mêmes grades.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">Ce qui, selon les enseignants
vacataires, devraient leur permettre de bénéficier entre autres, de la Prime
d’incitation à la recherche (Pir) et de pouvoir s\’inscrire sur les listes d’aptitude
au concours du Conseil Africain et Malgache de l\’Enseignement Supérieur (CAMES).

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">Une idée que rejette en bloc Jean
Rémy Yama, le président du Snec qui reconnait néanmoins que les enseignants et
chercheurs permanents sont souvent aidés dans leurs tâches d’enseignement, par
des vacataires issus des administrations publiques ou privées.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">«  normal\">Ce n’est pas parce qu’on dispense des enseignements dans les
universités qu\’on est universitaire. On l\’est, lorsqu’on appartient au corps
des enseignants et chercheurs. S’agissant de l’USS, les vacataires viennent
généralement des hôpitaux de Libreville en tant qu\’employés du ministère de la
Santé, de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) ou du ministère de la
Défense nationale
 », a souligné Jean Rémy Yama.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">Selon lui, par le passé, certains
chefs d’établissement et recteurs ont fait preuve de laxisme, de copinage,
voire de mandarinat en délivrant des actes administratifs frauduleux ayant permis
à certains vacataires de percevoir les avantages liés au corps enseignant tels
que la Pir, et à s\’inscrire sur les listes d’aptitude du CAMES.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\">«  normal\"> Si les informations qui nous parviennent, selon lesquelles le
gouvernement a pris fait et cause pour les vacataires en foulant au pied les
textes, sont fondées, alors le Snec, malgré sa ferme volonté de voir l’année
qui a péniblement débuté en janvier 2014, aller à son terme, sera contraint
d’appeler ses membres et sympathisants à observer une grève illimitée dans les
trois universités et grandes écoles et instituts de recherche relevant du
ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
 », a prévenu Jean
Rémy Yama.

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> 

major-latin;mso-hansi-theme-font:major-latin\"> « Si
d’aventure, le gouvernement se précipite à produire des actes administratifs de
complaisance non codifiables aux intéressés, à l’instar d’un décret signé par
le feu président Omar Bongo, faisant de certains des enseignants et chercheurs,
qu’ils n’hésitent pas à exhiber, notre réaction sera la même. Que ceux qui
veulent bénéficier des avantages des enseignants et chercheurs rentrent dans le
corps des enseignants et chercheurs en produisant des actes codifiables par la
fonction publique
 », a-t-il conclu.


ASMP

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs