Energie : Le potentiel de Ngoulmendji et Dibwangui au centre d’un atelier de restitution

mardi 23 janvier 2018 Société & environnement


Le Fonds Gabonais d’investissement Stratégiques, (FGIS), et ses partenaires ont organisé hier, lundi 22 janvier courant à Libreville, un atelier de restitution à mi-parcours de l’état initial du milieu naturel des projets d’aménagements hydro électroniques de Ngoulmendji, et Dibwangui.

En lieu et place de son ministre empêché, le secrétaire général du Ministère de l’Eau et de l’Energie, Alain Jean De Dieu Bernard Gnonda, a ouvert hier lundi, les travaux de l’atelier de restitution de la composante : « Etude d’impact environnemental et social, des projets d’aménagements hydro électroniques de Ngoulmendji, et Dibwangui », piloté par le Fonds d’investissements Stratégiques et ses partenaires, dénommé étude de l’état initial du milieu naturel. « C’est donc avec satisfaction que nous constatons l’avancement de ce chantier qui passe du stade de la pensé à celui de l’action, contribuant ainsi au renforcement des capacités d’offres énergétiques du Gabon, voulu par son excellence Ali Bongo Ondimba, chef de l’Etat », a déclaré Alain Jean De Dieu Bernard Gnonda.

Dans le cadre de la mise en œuvre des projets d’aménagements hydroélectriques de Ngoulmendji et Dibwangui ,le fonds Gabonais d’investissements stratégiques, vecteur de mobilisation de ressources et par ailleurs acteur majeur de la stratégie de diversification de l’économie gabonaise et le groupe Industriel ERANOVE, acteur de premier plan en Afrique dans la production de l’électricité et de l’eau potable, ainsi que dans le gestion des services publics, ont signé le 21 octobre 2016, deux conventions de concessions avec la République Gabonaise portant sur la conception, le financement, la construction et l’exploitation de deux centrales thermiques.
Situé à 125 km de Libreville, sur le fleuve Komo, non loin de Kango, le projet d’hydroélectrique de Ngoulmendji a une puissance estimée à 73 Méga Watts (Mw) avec un productible annuel d’au moins 500 gigas Wattheures (GWh ). La centrale hydroélectrique de Dibwangui, installée sur la rivière Louetsi à 152 km de Mouila et à une vingtaine de kilomètres de Lebamba a une puissance installée estimée à 15 Méga Watts avec un productible annuel de 90 Giga Wattheures.

Ne doutant pas de la qualité, de la richesse et de la pertinence des échanges au centre des travaux, Alain Jean De Dieu Bernard Gnonda a ouvert l’atelier de restitution. Pour édifier l’assistance sur l’état d’avancement de ce projet, des exposés ont été enregistrés dont celui de Mme Morin Amélie de TEREA, (Ndlr : un bureau d’étude de Terre environnement-aménagement) qui a mis l’accent entre autre sur l’identification des espèces de la faune et de la flore. Selon elle les conclusions des recherches serviront d’indicateurs et les espèces retenues feront l’objet d’attention particulière. Voila deux projets qui permettront de couvrir la demande en électricité de près de 500 000 habitants ainsi que la déserte en électricité des opérateurs économiques, très demandeurs.


Pacôme IDYATHA

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs