En ce moment

Energie : La SEEG, désormais certifiée ISO 9001 : 2008

mercredi 8 juin 2016 Economie


La Société d’Energie et d’Eau du Gabon (SEEG) vient d’obtenir du bureau Veritas, la certification ISO 9001 version 2008 pour la qualité de ses segments « Production et distribution d’eau ». Une performance qui fait la fierté des responsables de la SEEG.

Une certification supplémentaire et importante pour la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) car, elle atteste la bonne qualité de l’eau distribuée par celle-ci, la compétence du personnel et l’impartialité des audits. La certification des segments production et distribution de l’eau en ISO 9001 : 2008 intervient un an après l’accréditation ISO 17025 du Laboratoire centrale eau, d’où la fierté des responsables de « dame » SEGG.

Pour le directeur général de la SEEG, Jean-Paul Camus, cette certification démontre la capacité de la société à produire et distribuer de l’eau potable dans le respect des exigences internes et externes. En effet, estime Jean-Paul Camus, «  la certification obtenue atteste de la compétence du personnel et de l’impartialité des audits réalisés et permet, au niveau national et international, la reconnaissance des prestations offertes par la SEEG. »

Même écho pour le directeur qualité de la SEEG, Daniel Adang Evouna pour qui, cette certification aura un impact significatif, car elle permet de voir que pour ces segments, la SEEG améliore la satisfaction du client. « Par cette certification estime-t-il, nous venons de démontrer que nous avons mis toutes les dispositions en œuvre pour satisfaire les clients (…). C’est quelque chose que vous allez voir progressivement. On se met dans une démarche d’amélioration continue, on révise en permanence nos process pour améliorer la qualité de service au client ».

Contrairement aux idées reçues, souvent fondées sur des ruptures momentanées de l’eau et de coupure l’électricité dans la capitale, Libreville, la SEEG est logée à une position non critiquable selon le rapport 2012 de HEC Montréal Supervise. Le même rapport indique que les coupures annuelles sont moins importantes pour la SEEG (32 en 2015) que dans certains pays d’Afrique.

Le Congo compte 66 black-out partiels, le Cameroun 105 par an, la Côte d’Ivoire 40 par an. De même, en termes de rendement et de taux de desserte, la SEEG rafle la mise avec un rendement de 80,60% et un taux de desserte de 89,30%. Pour autant, le terrain des efforts est encore immense et « dame » SEEG a conscience de cette réalité.


3M

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs